L'Allier Agricole 27 octobre 2015 à 08h00 | Par M.Renaud

Abreuver le marché sans l’inonder

Alors que la seconde phase de vaccination s’achève, les échanges d’animaux vont recommencer dans les jours à venir. Les professionnels de l’export vont devoir trouver la juste mesure pour que la reprise des échanges se passe sereinement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

En éclatant vendredi 11 septembre dernier, la crise sanitaire de la Fièvre catarrhale ovine (FCO) a jeté un coup de froid sur les exportations de broutards et laitonnes qui démarraient juste. Les animaux se sont trouvés confinés dans les élevages en attendant qu’une nouvelle voie se dessine. En attendant, ce sont près de 6 000 broutards et laitonnes qui n’ont pas été exportés chez Socaviac-Feder et 7 000 pour Sicagieb.

« Redémarrer la locomotive  »
Sept semaines et de nouveaux protocoles sanitaires trouvés plus tard, les échanges s’apprêtent à reprendre. Les marchés italiens sont de nouveaux prêts à accueillir des animaux, encore faut-il les satisfaire sans les gaver : « Tous les animaux qui devaient être vaccinés l’ont été rapidement, commente Raphaël Colas, responsable du site Socaviac-Feder de Villefranche-d’Allier. Reste à présent à faire le maximum pour faire partir les animaux sans faire d’excès. Le but de cette première semaine n’est pas de rassasier les clients mais de mettre en place une logistique efficace ». Pour Jean-Michel Aucouturier, directeur de Sicagieb, il faut avant tout « redémarrer la locomotive » bloquée depuis sept semaines. Cette prudence vise avant tout à « tenir les cours » afin de « ne pas inonder le marché » alors qu’en ferme les éleveurs en mal de trésorerie s’impatientent.


Des prix en baisse
Malgré toutes ces précautions, les prix seront-ils à la hauteur des attentes des éleveurs obligés depuis plusieurs semaines de nourrir des animaux destinés à l’export ? « Ce qui est certain, c’est que, pour cette première semaine d’échanges, les cours seront à la baisse », note Raphaël Colas. Pour indice, les prix laissés en suspend en semaine 37 étaient de 2.66/2.70 euros le kilo pour des animaux de 400 kg chez Socaviac, autour de 2.80 euros le kilo chez Sicagieb. Reste à savoir comment les cours vont supporter cette reprise des échanges dans les semaines à venir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui