L'Allier Agricole 12 juin 2015 à 10h00 | Par L'Allier Agricole

Anticiper demain

L’association Symbiose Allier* est née en avril dernier. Retour sur sa création avec Michel Tournaire, président de l’association depuis le 21 mai dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Tournaire, président de l'association Symbiose Allier.
Michel Tournaire, président de l'association Symbiose Allier. - © Chambre d'agriculture de l'Allier

L’Allier Agricole : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
M.T : Originaire de l’Aveyron et retraité de la fonction territoriale depuis 2009, j’ai dirigé le bureau départemental de la qualité de l’eau au sein du conseil général de l’Allier (ndlr. Le conseil départemental de l’Allier aujourd’hui). Bien que vivant aujourd’hui à Avermes, je suis par ailleurs membre du Coderst (Conseil de l’environnement, des risques sanitaires et technologiques) et de la commission des sites de la Nièvre. J’ai également fait partie de l’agence Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) en tant qu’expert et président du groupe « réutilisation des eaux usées par aspersion ». Depuis toujours et de part ma formation universitaire en chimie, la technique et la recherche me passionnent. C’est ce qui m’a notamment poussé à rejoindre l’association Symbiose Allier.

L’A.A. : Justement, pourquoi avez-vous souhaité intégrer et présider l’association ?
M.T : J’ai constamment l’envie d’avancer. Ma philosophie, faire évoluer mon activité de 10 % chaque année, pour voir et apprendre de nouvelles choses, pour m’ouvrir l’esprit un peu plus chaque jour, je suis très curieux. Une envie d’avancer qui n’est pas que personnelle, j’ai également le souhait de participer au progrès de l’agriculture. Le métier d’agriculteur est une profession difficile, souvent réduite à l’image de « pollueur », qui manque de reconnaissance de la part du grand public. À travers cette association, nous voulons porter à la connaissance de tous, aussi bien aux personnes évoluant dans le milieu agricole qu’aux autres, les pratiques des agriculteurs, des acteurs du  monde rural d’une manière générale, prenant en compte la triple performance économique, sociale et environnementale. Leur vulgarisation auprès du grand public est aujourd’hui vitale. Je souhaite travailler avec eux dans ce sens et les accompagner dans l’amélioration de leurs pratiques. Aussi lorsque que l’on m’a parlé de ce projet, j’ai tout de suite voulu en faire partie.

L’A.A. : Quels sont les objectifs de l’association Symbiose Allier ?
M.T : Notre credo : tous unis pour une même voix, la voix départementale de l’écologie réaliste et positive. Nous souhaitons que l’association devienne un acteur incontournable et reconnu, dans le département de l’Allier, sur les questions environnementales. Il faut remettre un peu de bon sens dans les discours sans être en opposition, en mettant en cohérence les réglementations environnementales avec la réalité du territoire, en faisant cohabiter l’économie avec l’environnement. Plus précisément, Symbiose Allier aura pour objectifs d’accompagner, promouvoir, expérimenter et communiquer des méthodes, des initiatives qui allient la triple performance du secteur rural à un environnement préservé. Cela passera par la technique inévitablement, garant de l’impartialité de l’association, grâce à la mise en place d’un comité scientifique qui aura pour tâches de réaliser des expertises, d’élaborer des références, de collecter les informations existantes sur les thématiques étudiées... Mais aussi, à terme, par notre participation aux diverses commissions qui traitent des questions environnementales. L’environnement est l’affaire de tous et l’agriculture depuis plusieurs centaines années contribue à façonner et à sauvegarder le patrimoine rural. C’est pourquoi, nous appelons toutes les personnes intéressées à adhérer. Professionnels de l’agriculture, techniciens, chercheurs, actifs ou retraités, grand public, vous êtes tous conviés. Il nous faut voir plus loin que la profession agricole afin de comparer les expériences et les pratiques.

L’A.A. : Quelles sont les prochaines étapes ?
M.T : Les statuts de l’association ont été déposés le 27 mai dernier, en préfecture. Maintenant, nous devons nous faire connaître du grand public et des différentes instances, ainsi que recruter des adhérents sans qui l’association ne pourrait jouer pleinement son rôle. Nous devons également définir les thématiques sur lesquelles nous allons prochainement commencer à travailler. Au vu de l’actualité, plusieurs pistes de travail ont déjà été évoquées telles que les haies et les zones humides. Ce que nous souhaitons avant tout, anticiper demain en étant à l’initiative des dossiers.


L’ALLIER AGRICOLE



*Les membres fondateurs de l’association Symbiose Allier, neutre et apolitique, sont la Chambre d’agriculture de l’Allier, la FNSEA03, les Jeunes agriculteurs de l’Allier, la Coordination rurale de l’Allier, la Fédération départementale des chasseurs de l’Allier, le syndicat des agriculteurs irrigants du Val d’Allier bourbonnais, le Syndicat de la propriété privée rurale de l’Allier, le syndicat de la forêt privée de l’Allier, l’Union bourbonnaise des exploitants et des propriétaires d’étangs, la Fédération départementale des coopératives de l’Allier et le syndicat des négociants en grains de l’Allier.

 

Parce que vous croyez que l'on peut concilier une agriculture performante et de qualité avec la protection de l'environnement, adhérez à Symbiose Allier (fichier du Bulletin d'adhésion joint à cet article)

Bureau

Les membres du bureau de Symbiose Allier ont été élus le 27 mai dernier.

Président : Michel Tournaire

Vice-présidents : Monsieur De Monclos et Eric Foncelle

Trésorier : Jean-Christophe Dodat

Trésorier adjoint : François Goy

Secrétaire : Cédric Fournier

Secrétaire adjoint : Philippe du Vivier


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'actualité en bref
5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui