L'Allier Agricole 14 juillet 2021 a 06h00 | Par L'ALLIER AGRICOLE

Bien préparer son chantier de récolte pour limiter les risques d’accidents

Les chantiers agricoles sont source d’accidents plus ou moins gravissimes. Quelques conseils de prévention de la MSA Auvergne à suivre pour limiter les risques.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

«En quarante ans, le nombre d’accidents du travail par million d’heures travaillées dans le domaine agricole a diminué de plus de 30 % en France. Toutefois, près de la moitié des accidents ont lieu dans la première année d’embauche et 39 % des accidentés ont moins de trente ans» souligne la MSA Auvergne qui entend poursuivre et intensifier sa démarche de prévention.

Happement par des systèmes en mouvement

Selon Sébastien Paquet, responsable prévention des risques professionnels à la MSA Auvergne, «chaque année, on déplore au moins un accident grave avec les machines de récolte. Et ces dernières années, ces accidents se produisent souvent en Haute-Loire ; ce qui répond sans doute à la loi des séries». Parmi ces accidents, beaucoup sont dus au happement par des systèmes en mouvement de type ensileuse, presse, moissonneuse batteuse (dans une moindre mesure). La plupart de ces accidents sont le résultat d’une imprudence commise par les utilisateurs. Bien souvent, c’est la fatigue qui est à l’origine de ces imprudences (voir encadré)... «Les chantiers agricoles sont des travaux éprouvants. Des aléas climatiques peuvent survenir, ce qui conduit les utilisateurs à se dépêcher et parfois à intervenir sur une machine en fonctionnement...». Les principaux accidents par happement aboutissent généralement à l’amputation d’un doigt ou d’un membre ou bien même du corps tout entier. «Si les tracteurs récents équipés de capteurs de pression sur le siège stoppent le fonctionnement du moteur, ce n’est pas le cas de la majorité du parc de tracteurs» indique Sébastien Paquet qui rappelle les règles de base en la matière : «Je descends de la machine, je coupe le moteur ou la prise de force. Si je n’ai pas de système de freinage sur la pièce en mouvement, attention à l’inertie !».

Anticiper son chantier

Pour limiter au maximum les risques d’accidents, la règle c’est l’anticipation : « avant tout veillez à bien organiser son chantier : vérifiez au préalable l’état du terrain (présence de rats taupiers, parcelles versées) en vue d’éviter les aléas possibles pendant le chantier. Délivrez les consignes aux utilisateurs et surtout laissez les notices d’utilisation à disposition dans les machines. Il faut aussi prendre le temps d’expliquer comment fonctionne la machine en identifiant les éventuels problèmes de fonctionnement».

Véronique Gruber


La MSA rappelle les consignes de sécurité sur les chantiers agricoles

HYGIÈNE

J’utilise les tenues de travail et les chaussures de sécurité qui sont mises à ma disposition.

Je m’hydrate régulièrement avec des boissons non alcoolisées.

Je me lave les mains chaque fois que nécessaire et je me douche après chaque journée de travail.

J’adapte ma tenue de travail à la tâche à effectuer.

J’attaque ma journée après une bonne nuit de sommeil et un petit-déjeuner pour éviter les « coups de pompe ».

Je mange équilibré à chaque repas et à heures régulières.

 

ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE (EPI)

Les équipements indispensables: Vêtements de travail (non flottants) ; Chaussures de sécurité ; Gants, lunettes, protections anti-bruit, protections anti-poussières, selon les travaux effectués.

 

CHANTIER

Avant le chantier :

Je m’informe auprès du responsable ou du chef d’entreprise, de mes collègues :

• Qui est le client/adhérent ?

• Où est le chantier ?

• Quelle est la qualité de travail souhaitée ?

• Quelles sont les difficultés connues (accès, réseaux aériens et enterrés, obstacles…) ?

Je vérifie le bon attelage des machines :

• les pitons, les axes, les goupilles,

• les flexibles, les câbles électriques.

Je vérifie le bon état général des machines :

• les niveaux et pleins moteur, les accessoires,

• Je nettoie, je souffle le moteur et les organes de transmission,

• l’éclairage, la signalisation et le(s) gyrophare(s),

• la propreté de la cabine, des vitres, des rétroviseurs et du marchepied (je nettoie mes chaussures avant de monter),

• la présence des carters et des protections,

• l’état des pneumatiques,

• la présence de l’extincteur et je regarde son mode d’emploi,

• je règle mon siège.

Je vérifie ma caisse à outils :

• son contenu est adapté au travail que je vais effectuer.

Je prends les équipements de sécurité nécessaires au chantier :

• les équipements de protection individuelle,

• les accessoires de signalisation.

 

Pendant le chantier :

Je respecte le mode d’emploi des machines, en m’aidant du manuel d’utilisation :

• connaître les dispositifs et les modalités de réglage, la position et le fonctionnement des sécurités,

• surveiller les indicateurs de fonctionnement du moteur et de la machine,

• maintenir les dispositifs de sécurité en place,

• serrer le frein de parc avant de descendre,

• utiliser le marchepied face aux marches,

• maintenir propres le marchepied et les feux

d’éclairage.

Je m’informe et j’informe :

• rencontrer le client ou l’adhérent, recueillir ses exigences de travail et lui demander de me signaler l’existence de réseaux (électricité, gaz, eau…) ou de zones sensibles (mouillères, obstacles…),

• faire connaissance avec les autres chauffeurs en cas de co-activité,

• donner mes consignes pour l’organisation du chantier,

• mettre en place un code gestuel de communication lors des manœuvres,

• demander au client/adhérent d’interdire la présence de personnes à pied, et en cas de besoin, lui demander de se signaler à l’avant de la machine,

• éviter la présence de personnes dans la cabine et l’interdire s’il n’y a pas de siège passager,

• baliser le chantier pour prévenir les automobilistes (entrées/sortie d’engins, salissement de la chaussée…).

Je respecte les consignes en cas d’incident

mécanique ou de panne :

• assurer ma sécurité (arrêt moteur, arrêt du rotor, frein de parc, jambes de force sur les vérins…),

• organiser la sécurité des autres personnes et des machines,

• prendre le temps d’identifier le problème,

• signaler l’incident à la personne compétente,

• utiliser l’outillage adapté.

 

Après le chantier

A la fin du chantier :

• demander au client si le travail convient,

• noter les heures et faire signer le bon de travail,

• nettoyer les machines pour éviter de salir la route,

• prévenir si la route a été salie ou dégradée et procéder au nettoyage.

Après le chantier :

• rendre compte du déroulement du chantier, de l’état et du bon fonctionnement des machines,

• nettoyer les machines (éliminer les accumulations de poussières et de débris de récolte),

• remiser le matériel à la place qui lui est attribuée en s’assurant de sa stabilité.

En fin de journée :

• faire les pleins (carburant et lubrifiants…),

• nettoyer, vérifier et ranger mes équipements de

protection individuelle,

• ranger ma caisse à outils et ma tenue de travail.

Gare à la fatigue

La fatigue est à l’origine de 20% des accidents.

- Une activité non-stop de 17h équivaut en termes de vigilance à une quantité d’alcool dans le sang de 0,5g.

- Une activité non-stop de 24h équivaut en termes de vigilance à une quantité d’alcool dans le sang de 1g.

Une sieste de 20 minutes permet de récupérer 50% de ses capacités physiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,