L'Allier Agricole 08 août 2020 à 07h00 | Par Sébastien Joly

Bilan 2019 et perspectives pour l’année en cours

SAFER L’année 2019 fait apparaître un marché de l’espace rural qui progresse en nombre de ventes et chiffre d’affaires. Il se stabilise en surface. L’activité Safer a continué à se développer grâce à une forte mobilisation de ses représentants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © © Jérôme Chabanne (Loiret Agricole & Rural)

Les marchés fonciers ruraux dans l’Allier, au cours de l’année passée, comptabilisent une augmentation de 5%, soit 3042 ventes. En revanche, les surfaces sont en léger recul (-0.2%) avec 10 234 hectares pour un total de 207 millions d’euros (+11% en valeurs).

Depuis bientôt dix ans, on observe, globalement, une progression des ventes et, parallèlement, de la surface totale vendue. À titre d’information, en 2010, avait été réalisées 1 945 ventes (7 495 hectares), et, en 2015, elles se sont élevées à 2 072 (9 403 hectares).

Le marché agricole, majoritaire en Allier

La SAU, dans l’Allier, couvre 77% du territoire, soit 544 000 hectares. Le marché agricole, en surface, représente 82% du marché de l’espace rural. Au total, ce sont 1 048 ventes (-1% par rapport à 2018) pour une surface vendue de 8 379 hectares (+7%) par rapport à 2018 et un chiffre d’affaires de 64 millions d’euros (+7% par rapport à 2018) qui ont été réalisés concernant le marché agricole.

Le prix moyen des ventes suit une évolution positive avec un prix, à l’hectare, qui passe de 3 300€ en 2010, à 3 900€ en 2019. Une progression qui suit celle, plus large, de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui, elle, a évolué de 4 800€/ha en 2010 pour atteindre les 5 800€/ha en 2019.

Une dynamique de la Safer

La Safer ayant reçu 3 356 notifications de vente (+1.9% par rapport à 2018) dont 1 181 dématérialisées, soit trois fois plus que l’an passé. Le comité technique de la Safer, au niveau départemental, a étudié 190 candidatures. Les commissaires du gouvernement ayant émis leur avis sur 51 dossiers (préemption et acquisition de plus de 75 000 euros).

Une activité 2019 soutenue avec 143 ventes pour 1 982 hectares et un total de 18 465 Keuros. Sans oublier la mise en place de 47 partenariats et 138 dossiers locatifs.

Des pertes de surfaces agricoles

La consommation foncière, dans l’Allier, s’élevait, en 2019, à 317 hectares. La consommation masquée, elle, atteint 504 hectares et les espaces en déprise s’étendent sur 181 hectares. Une situation qui se traduit par une surface de 1 002 hectares retirés à l’agriculture soit l’équivalent d’environ onze exploitations.

Une chute de DIA depuis le début de l’année 2020

Les tendances du marché, entre le 1er janvier et le 31 mai 2020, en suivant une moyenne triennale de référence 2017-2019, font apparaître une baisse de 19% des DIA (déclaration d’intention d’aliéner) en Auvergne-Rhône-Alpes. Une situation liée à la crise sanitaire de la Covid-19 qui a pour conséquence directe la chute brutale du nombre de DIA depuis le 15 mars dernier. En revanche, on a pu constater une augmentation du nombre de déclarations dématérialisées qui a doublé par rapport à l’année précédente.

L’Allier n’est pas une exception et suit les tendances du marché qui se dessinent dans les autres départements de la région qu’il s’agisse des DIA ou de la surface totale notifiée.

Les comités techniques d’AURA, sur la même période, ont réalisé à eux tous 51 consultations. On peut en traduire une diminution faible du potentiel de rétrocessions de 8% et des consultations écrites et/ou en audio/vidéo. Des rétrocessions signées en valeur en baisse de 27% par rapport à 2017-2019 et une marge négative de 1390 Keuros par rapport à 2017-2019. Là aussi l’Allier ne fait pas exception à la règle, qu’il s’agisse du nombre de rétrocessions ou du montant de la marge foncière.

Plus d’infos :

www.safer-aura.fr

Linkedin « Safer AuRA »

Sébastien Joly

- © Safer
- © Safer

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,