L'Allier Agricole 12 septembre 2019 à 12h00 | Par JCD

Céréales à paille et pois en forme, colza à la peine

Le bilan de la moisson 2019 montre un rendement et une qualité « au rendez-vous » pour les céréales à paille et les pois, alors qu’il s’agit d’une « année difficile » pour le colza, ont indiqué le 9 août FranceAgriMer, Arvalis et Terres Inovia, se basant sur les estimations du ministère de l’Agriculture publiées quelques jours plus tôt.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA03

« Les productions de blé tendre, d’orges et de protéagineux seraient en hausse par rapport à 2018, d’après un communiqué commun. Les volumes de blé dur et de colza seraient par contre en fort recul par rapport à la moyenne quinquennale.» FranceAgriMer et les instituts techniques pointent des conditions de culture satisfaisantes pour les céréales à paille malgré l’épisode caniculaire. Les fortes températures de fin juin ont surtout affecté les parcelles à faible nombre d’épis suite au temps sec d’avril, ainsi que les parcelles tardives. Au final, « les niveaux de rendement enregistrés sont bons, voire très bons, pour les principales céréales à paille » dans la plupart des régions.

Le blé tendre donne satisfaction

38,2 Mt de blé tendre ont été récoltées, selon les estimations d’Agreste, le service de statistique du ministère. Un « bon niveau », souligne le communiqué, résultat d’une hausse des surfaces à 5 Mha (+ 2,8 % par rapport à 2018, équivalant à la moyenne quinquennale) et de gros rendements à 76,1 qx/ha (contre 70,3 qx/ha sur cinq ans). L’Auvergne apparaît comme la seule ombre au tableau, ayant vécu « une sécheresse quasi continue ». Sur le plan qualitatif, les teneurs en protéines sont satisfaisantes vu les niveaux de rendement : entre 10,5 et 11,5 % dans la moitié Ouest, de 11,5 à 12,5 % dans la moitié Est. Les poids spécifiques ressortent « très bons », à la fois élevés (79-80 kg/hl en moyenne) et homogènes, d’après FranceAgriMer et les instituts techniques. Pas de problème côté indice de Hagberg.

Blé dur : baisse des surfaces, mais rendement et qualité sont là

La production de blé dur connaît un net recul à 1,5 Mt, conséquence d’un plongeon des surfaces (-24,6 % par rapport à la moyenne quinquennale). Mais à l’exception de certains secteurs dans le Sud-Est, les rendements sont « bons, voire très bons ». Les taux de protéines vont de 13 % à 14,5 % selon les bassins. Ils sont plus faibles dans le Sud-Ouest et Ouest-Océan sous l’effet de la dilution par les rendements, mais restent satisfaisants à bons dans le Sud-Est et même très bons dans le Centre. Autres critères, le mitadinage paraît limité et le taux de grains mouchetés est annoncé très bas.

Une bonne récolte d’orge d’hiver, conforme à la demande

L’orge d’hiver affiche un très bon niveau de production à 9,1 Mt (+ 3,4 % par rapport à la moyenne quinquennale), avec un rendement élevé, autour de 70 qx/ha. Sur le plan qualitatif, le taux de protéines est homogène, plutôt bas, souvent proche de 10 %, soit un niveau conforme aux besoins des brasseurs dans une majorité de cas, d’après le communiqué. Les calibrages montrent un gradient Est-Ouest : très bons vers l’Atlantique, satisfaisants dans le Nord et le Centre, corrects dans l’Est.

La qualité de l’orge de printemps « en demi-teinte »

La production d’orge de printemps est jugée exceptionnelle, à 4,3 Mt (+ 48,8 % par rapport à la moyenne). Elle bénéficie à la fois d’une hausse des surfaces (+28,8 % sur un an) et d’un très bon rendement, à 68,3 qx/ha. Mais les teneurs en protéines sont faibles, de 9 à 9,5 % en moyenne, ce qui « pourrait conduire à des déclassements ». L’effet dilution de l’azote est en cause, phénomène expliqué par un fort rendement. Les calibrages sont moyens en Bourgogne, Champagne-Ardenne et Ile-de-France, très bons dans le Nord du Centre-Val de Loire et en Poitou-Charentes.

Une « année difficile » pour le colza

Agreste évalue la production de colza à 3,5 Mt, mais FranceAgriMer et les instituts techniques évoquent une fourchette allant jusqu’à 3,6 Mt. 5 Mt avaient été récoltées l’an dernier. La chute est surtout due au repli des surfaces à 1,1 Mha (-24,8 % par rapport à la moyenne), à la suite des conditions très sèches en août et septembre. Une très grande hétérogénéité des rendements est notée. La teneur en huile paraît équivalente à 2018, proche de 43 % en moyenne, mais avec une amplitude plus forte (de 37 à 47 %).

Protéagineux : hausse du poids de mille grains

La production de protéagineux est chiffrée à 0,9 Mt (+6,2 % par rapport à la moyenne). Le pois d’hiver montre des performances plus régulières et supérieures à celles du pois de printemps, affecté par la chaleur au printemps et en début d’été. Le poids de mille grains apparaît plus élevé qu’en 2018. La féverole a pâti de la canicule et de la sécheresse, avec aussi des maladies sur certaines cultures d’hiver.

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui