L'Allier Agricole 23 mai 2017 à 08h00 | Par M.Renaud

CHAROLAIS + diffère la mise en œuvre de son nouvel Organisme de sélection

Il y a près d’un an, le groupe Gènes Diffusion et une vingtaine d’associations ou de coopératives ont créé l’association Charolais + qui a vocation à devenir un nouvel Organisme de sélection en race charolaise, notamment dans le cadre du nouveau Règlement zootechnique Européen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Cette création s’avère, pour Gènes Diffusion « tout à fait indispensable pour dynamiser la race Charolaise et stopper l’hémorragie des effectifs ». En effet, en six années, 67,9 % de la diminution du nombre de naissances en races allaitantes concernent la race Charolaise (41,8 % de l’effectif total des vaches allaitantes françaises), ce qui correspond à une perte en six ans de 215 387 naissances (- 12,7 %), soit 100 veaux en moins chaque jour. « Ce constat est la conséquence inéluctable d’une orientation raciale en inadéquation avec la demande des éleveurs producteurs de viande et les besoins du marché et de l’aval, ces derniers réclamant des carcasses mieux conformées avec une ossature plus fine », poursuit le communiqué.

Émoi, réactions, oppositions
Toujours selon le communiqué, « la décision d’un nouvel Organisme de Sélection a créé beaucoup d’émoi, voire même d’oppositions, dans les milieux qui se déclarent en charge de l’orientation de la race et qui, à nos yeux, devraient plutôt s’interroger sur les raisons de son déclin. Toutefois, il semblerait que ces responsables aient pris conscience des nécessités de modernisation et de réforme en profondeur pour la race ».

« Modernisation indispensable »
De ce fait, le conseil d’administration de Gènes Diffusion a décidé de différer provisoirement la mise en œuvre de son nouvel Organisme de Sélection Charolais +, pour laisser une chance à l’activation de cette « modernisation indispensable », qui devra au minimum porter sur les points suivants :
- L’indexation génomique doit être ouverte à tous les reproducteurs, mâles ou femelles, quel que soit le statut envers l’inscription au Livre Généalogique.
- Toutes les indexations génomiques doivent être prises en compte dans les classes de mérite et/ou qualifications du Livre généalogique.
- Le Livre généalogique doit être tenu par une association neutre.
- Les cotisations et les coûts de pedigree pour les éleveurs doivent être adaptés à la réalité économique.
- La direction de l’Organisme de Sélection actuel Charolais France doit être autonome et indépendante.

Ultime « explication de texte »
Comme ils s’y sont engagés, une délégation de représentants professionnels de Gènes Diffusion ont rencontré les responsables de la race le 23 mai dernier, pour une ultime « explication de texte » sur les différents points d’attente, et laissera quelques mois aux acteurs historiques pour faire la preuve, par des actes concrets, qu’ils ont compris la nécessité de cette modernisation.
Il est rappelé que les seules entreprises de mise en place fédérées dans l’union Gènes Diffusion, quelquefois qualifiées « d’acteurs non représentatifs de l’ensemble des éleveurs », représentent plus de 13 000 utilisateurs de la race Charolaise, dont 7 000 éleveurs de race pure et 6 000 éleveurs laitiers pratiquant le croisement industriel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui