L'Allier Agricole 26 juin 2014 à 08h00 | Par M.Renaud

Cinq années de PDE, et avant ? Et après ?

Après avoir mûri son projet et construit son installation, le jeune agriculteur entre dans la phase de son plan de développement de l’exploitation (PDE).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ©RÉUSSIR/JC Gutner

Le PDE s’étale sur cinq ans. Cinq années durant lesquelles, le tout nouvel installé doit s’attacher à respecter au maximum les investissements qu’il avait prévu de faire tout au long de ce quinquennat. Cinq années difficiles où il se rend compte du fossé qui existe entre les prévisions sur le papier et la réalité sur le terrain. Mais le parcours à l’installation ne se résume pas à ces cinq années, bien qu’elles soient capitales.

De la construction d’un projet...
Un projet d’installation se réfléchit, se mûrit, s’envisage durant des semaines, des mois, des années. Il y a ceux qui y pensent depuis toujours et qui savent exactement quelle voie emprunter pour y arriver. Et il y a ceux qui dessinent leur projet peu à peu au fil des années et des rencontres. Dans les deux cas, les études revêtent une importance capitale : c’est à ce moment précis que les futurs installés vont pouvoir enrichir leurs connaissances, acquérir de nouvelles compétences. 

... à sa réalisation
Se renseigner sans cesse auprès de la Chambre d’agriculture (par le biais du Point info installation, PII),  de l’administration, des syndicats, des propriétaires, afin de rassembler un maximum d’éléments. Franchir une marche supplémentaire en élaborant et en réalisant son Plan de professionnalisation personnalisé (PPP) afin de compléter ses capacités et ses compétences. Franchir l’ultime étape du passage en commission départementale d’orientation agricole (CDOA) avant de pouvoir se lancer véritablement.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier consacré à l'installation dans l'Allier Agricole n°965, daté du jeudi 26 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui