L'Allier Agricole 05 février 2020 à 10h00 | Par C. Rolle

Clap de fin violent pour la sucrerie Bourdon

Bourdon… « The end » pour la plus ancienne sucrerie métropolitaine qui depuis le 19ème siècle fédérait toute une filière autour des Limagnes et du Val d’Allier. La coopérative Cristal union aura eu raison de la vieille dame et de ses planteurs coopérateurs…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Bourdon n’a jamais été que le pot de terre contre le pot de fer de Cristal Union qui l’a fait éclater à la première difficulté au mépris de ses engagements initiaux » a déclaré Régis Chaucheprat, représentant du Collectif des planteurs de Bourdon ici devant la sucrerie Bourdon
« Bourdon n’a jamais été que le pot de terre contre le pot de fer de Cristal Union qui l’a fait éclater à la première difficulté au mépris de ses engagements initiaux » a déclaré Régis Chaucheprat, représentant du Collectif des planteurs de Bourdon ici devant la sucrerie Bourdon - © AA03

Clap de fin violent pour la sucrerie Bourdon

C’est non sans colère que près de 300 planteurs ont convergé le 30 janvier dernier vers la sucrerie Bourdon afin de remettre en main propre à Cristal Union leur « lettre de sortie » de la coopérative. Une missive reçue en décembre 2019 dans laquelle le groupe sucrier enjoignait les planteurs à opter avant le 31 janvier 2020 entre une indemnisation de 1000 €/ha ou la possibilité de continuer à livrer leur production à Cristal Union avec un coût supplémentaire de 5€/tonne pour le transport… Autant dire que les producteurs avaient à choisir entre le marteau et l’enclume : partir pour une somme ridicule ou travailler à perte !

Le statut coopératif bafoué

« On est venu signer le diktat de Cristal union ! » lançait un producteur présent devant la sucrerie de Bourdon. « Nous sommes résignés et contraints de signer un protocole de sortie qui a été décidé unilatéralement par la coopérative, sans aucune concertation » surenchérit un autre. Car ce 30 janvier, au-delà du « ridicule de l’indemnisation », c’est surtout le comportement de la coopérative Cristal union qui était dénoncé par le collectif des planteurs de Bourdon. Son représentant, Régis Chaucheprat n’a pas manqué de souligner « le manque total de transparence » qu’une coopérative digne de ce nom doit à ses associés coopérateurs. « Depuis le début, Cristal union a refusé de dialoguer et de produire les pièces justifiant sa décision de fermer notre usine. Le principe coopératif, 1 homme = 1 voix, a été totalement bafoué par ses représentants. Le groupe n’a même pas respecté la décision de justice rendue et n’a jamais envisagé d’aboutir à une négociation équitable avec notre collectif de planteurs qui représente pourtant 80% de ses associés coopérateurs de la section Bourdon ! C’est inadmissible. »

Près de 300 membres du collectif des planteurs de Bourdon ont fait la queue pour déposer en main propre à Cristal Union leur lettre de sortie
Près de 300 membres du collectif des planteurs de Bourdon ont fait la queue pour déposer en main propre à Cristal Union leur lettre de sortie - © AA 03

« Un mauvais film »

« On se sent humiliés » poursuit Jean-Michel Ferrier, producteur dans l’Allier. « J’ai l’impression d’un mauvais film dont le scénario était écrit depuis longtemps, voire même depuis l’acquisition de Bourdon par Cristal union… ». Les planteurs ont en effet le sentiment amer d’avoir contribué depuis 2012 à l’accroissement des richesses d’un groupe dont le seul objectif était, à terme, de fermer l’outil ; la logique comptable supplantant les fondamentaux de la coopération agricole.

C’est aussi la perception de Julien Cautier, producteur de grandes cultures et de betteraves en Limagne ; il s’interroge sur l’avenir du statut de coopérateur. « Solidarité, égalité… où sont les principes fondateurs de la coopération ? Cristal union nous a sacrifiés sur l’autel de l’économie faisant abstraction totale de notre statut d’associé coopérateur. Nous avons été abandonnés par notre coopérative, et pas que… » Julien Cautier dénonce aussi le mutisme de Coop de France et de la CGB dans cette douloureuse affaire. « Comment inciter des jeunes à s’impliquer dans la coopération agricole quand on voit ce genre de comportement !»

Jean-Yves Foucault, présent parmi les planteurs le 30 janvier, estime, lui aussi, que « l’attitude affichée par Cristal union remet en cause les droits des coopérateurs ; c’est une véritable question de fonds qui est posée à Coop de France ! » Et d’ajouter : « 42 ans de défense du système coopératif au sein de la sucrerie Bourdon et s’entendre dire « circuler y’a rien à voir ! » c’est du jamais vu ! ». Pour l’ancien président de Limagrain, le problème ne tient pas tant à la taille de la coopérative mais à l’identité de son territoire. « Une coopérative doit avoir des racines or Cristal union n’en a pas ! »

Et après ?

Le clap de fin est tombé sur la sucrerie. Les producteurs doivent maintenant tourner la page et rebondir. Un exercice d’autant plus difficile qu’aucune production n’est aujourd’hui en mesure de remplacer 5000 ha de betteraves qui en plus jouaient pleinement leur rôle de tête d’assolement. « C’est un réel problème pour les producteurs de Limagne et du val d’allier mais aussi pour les éleveurs locaux qui bénéficiaient de 70 à 90 000 tonnes de pulpe pour leurs animaux… » explique Régis Chaucheprat. Diverses pistes de diversification sont d’ores et déjà évoquées ici ou là pour accompagner les ex-planteurs, mais la rancœur et la déception auront du mal à se dissiper. Car c’est tout un pan de l’histoire agricole du Puy-de-Dôme qui a été sacrifié d’un seul revers de manche.

C.Rolle

Lors de la mobilisation du 22 octobre 2019, les Entrepreneurs des territoires (EDT) alertaient déjà sur les conséquences en cascade de l’arrêt de la production betteravière en Limagne
Lors de la mobilisation du 22 octobre 2019, les Entrepreneurs des territoires (EDT) alertaient déjà sur les conséquences en cascade de l’arrêt de la production betteravière en Limagne - © AA03

 

« Cristal union responsable de la casse sociale »

Pour les Entrepreneurs des territoires (EDT), l’arrêt de la production betteravière en Limagne représente une perte de 3700 ha de travaux et, par ricochet, des baisses importantes de chiffre d’affaires. « Pour certains entrepreneurs, l’arrachage représentait jusqu’à 70% de leur activité. Malheureusement cette perte conduit déjà des entreprises à la faillite » s’inquiète Eric Alexandre, président des EDT du Puy-de-Dôme. Les entrepreneurs sont par ailleurs confrontés à la difficulté, voire l’impossibilité de vendre leurs machines. « Sur le département, 12 arracheuses sont à vendre à un prix moyen oscillant entre 300 000 et 400 000 euros ; mais elles ne trouvent pas preneurs même à l’étranger… » Cette situation est un véritable frein aux projets des EDT. Eric Alexandre s’inquiète également pour le devenir des salariés des EDT. « Cristal union est aussi responsable de la casse sociale qui découle de la fermeture de Bourdon. On voit là tout le mépris des dirigeants de cette coopérative qui n’ont jamais voulu discuter avec nous sur la recherche de solutions pouvant permettre aux producteurs de rebondir.»

CR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui