L'Allier Agricole 07 octobre 2015 à 11h00 | Par M.Renaud

Elevage laitier : Des mouvements assouplis

La dernière note de la Direction générale de l’Alimentation (DGAL) datant du 2 octobre dernier, fait évoluer les mouvements des jeunes animaux de moins de 70 jours. Dans notre département, cela concerne essentiellement les veaux de huit jours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © © RÉUSSIR SA / FRANÇOIS D’ALTEROCHE

En effet, ceux-ci sont désormais autorisés à quitter le périmètre interdit (PI) mais uniquement à destination d’une zone de protection (ZP), sous réserve des conditions suivantes :
• l’ensemble des animaux du troupeau ne présentent pas de signes cliniques le jour du départ et,
• les animaux sont destinés uniquement à l’abattage sur le territoire national après une période d’engraissement en bâtiments fermés et protégés contre les vecteurs situés dans une ZP et,
• le bâtiment de destination a été désinsectisé avant l’arrivée des animaux.
La DDCSPP du département de départ donne son accord à la demande écrite et préalable du détenteur des animaux, après avoir pris l’attache de la DDCSPP de destination. La demande doit avoir été formulée à minima deux jours ouvrables avant la date du mouvement pressenti, pièces justificatives à l’appui.
Les animaux concernés par cette dérogation ne peuvent en aucun cas être déplacés vers la zone indemne sauf en vue de leur abattage immédiat, ce qui limite encore l’écoulement d’une grande proportion des animaux concernés.

Un accord avec l’Espagne a été trouvé pour les bovins, les ovins et les caprins destinés à l’élevage ou l’engraissement et qui proviennent de zones réglementées.


Leurs mouvements sont autorisés dans deux cas distincts :
• S’ils sont vaccinés contre les sérotypes correspondant. L’animal est considéré comme vacciné lorsqu’il s’est écoulé plus de 10 jours et moins d’un an depuis qu’il a reçu la ou les doses nécessaires en cas de primo vaccination.
• S’ils ont été protégés des attaques des vecteurs avant leur expédition pendant au moins 14 jours, avec une analyse PCR négative réalisée au moins 14 jours après la mise en place de cette protection.
Le protocole franco-espagnol prévoit également le cas particulier des bovins, ovins et caprins âgés de moins de 70 jours. Leurs mouvements sont autorisés si :
• S’ils sont issus d’une femelle vaccinée contre les sérotypes correspondant.
• S’ils ont été protégés des attaques des vecteurs pendant au moins 14 jours, et proviennent de lots soumis à des PCR individuelles au moins 14 jours après la mise en place de cette protection. Les PCR doivent être négatives. Leur nombre dépend de la taille du lot.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui