L'Allier Agricole 28 avril 2016 à 17h00 | Par M.Renaud

Emilie Bonnivard promène son aura dans les départements

Pour se familiariser un peu plus avec sa nouvelle mission régionale, Emilie Bonnivard, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes Auvergne déléguée à l’agriculture, à la forêt, à la ruralité, à la viticulture et aux produits du terroir a entamé une tournée. L’Allier était le premier département sur sa liste auvergnate.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

In situ, la toute fraiche vice-présidente du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, Emilie Bonnivard apprend à connaître sa grande région.

L’Allier, premier département agricole de la grande Région

Tout au nord de celle-ci, il y a l’Allier. Son bocage, ses montagnes toutes relatives, ses zones de plaine, ses bâtiments avicoles, son vignoble, … Bref, le premier département agricole de cette nouvelle grande région avec 483 335 hectares de SAU, 5 500 exploitations et 5.1 % de la population active bourbonnaise liée au secteur primaire.

RHD : Une volonté politique de cohérence

Les chiffres, Emilie Bonnivard les connait. Ce qu’elle cherche ce sont des stratégies pour lui permettre de ventiler efficacement les 41 millions d’euros de budget alloués à l’agriculture. Pour lui souffler des idées, une batterie d’élus et de représentants des différentes OPA (1) réunis autour d’elle et d’Emmanuel Ferrand, conseiller régional durant toute une journée du mercredi 27 avril dernier à Montbeugny et à Thionne. « On veut mettre en place au niveau de la Région une politique d’écoulement de nos productions en RHD (2) et dans les lycées. Et, en matière de viande, nous ne pouvons pas nous passer de l’Allier. » L’élue va même jusqu’à qualifier de « génial » la richesse du département sur la viande. Une impulsion qui, par exemple, ne déplait pas à Daniel Chemelle, président de Sicaba : «Nous faisons déjà manger les enfants de Nice ou de Bordeaux. Le savoir-faire, nous l’avons, ce qu’il nous manque, c’est la volonté politique ».

Stratégie pour l’export

Massifier les circuits courts et surtout réinjecter de la cohérence dans l’approvisionnement de la RHD est donc un travail majeur engagé par la Région. Mais pas seulement puisqu’en matière de viande et d’engraissement, l’élue est venue chercher « des stratégies pour l’export (…) Si on veut que l’agriculture puisse faire partie de la stratégie internationale de la Région, il me faut des détails, de la visibilité ». Bref, il lui faut du concret. « Si je comprends bien, résume Patrice Bonnin, président de la Chambre d’agriculture, vous attendez de nous que nous soyons force de proposition. » « En effet, répond l’élue, mais gardez toujours à l’esprit que nous résonnons à l’échelle de la Région ». A bon entendeur.

Sécuriser la ressource fourragère

Président et hôte de la matinée Maurice Chopin recentre : « Pour sécuriser l’engraissement, il faut aussi sécuriser la ressource fourragère ». Ce qui mène directement à la question de la « substitution de l’eau », selon les mots de la savoyarde. Avec décodeur : « Retenir l’eau quand elle tombe pour s’en servir quand il n’y en a pas », condense Patrice Bonnin. « Là encore, nous avons la volonté politique, mais cela ne va pas se faire comme ça et surtout pas tout seul. Nous ne pouvons rien faire sans l’Etat ni l’Agence de l’eau Loire/Bretagne ». L’Etat, en la personne de Sébastien Ferra, directeur de la DDT (3) qui note « l’intérêt agricole » de la retenue de l’eau « mais pas seulement … »

Pas de baguette magique

Et quand Jérôme Vandewalle, président de l’Ucal pointe les coopératives « comme étant les premiers banquiers du monde agricole » et que Yannick Martinet , vice-président de la Chambre d’agriculture décrit précisément « l’état d’urgence agricole » du département, cette dernière répond sobrement qu’elle n’a « pas de baguette magique » mais une ambition affichée.

(1) Etaient présents autour d’Emilie Bonnivard et de Patrice Bonnin : Emmanuel Ferrand, conseiller régional, Maurice Chopin, président de Sicagieb, Jean Laurent, conseiller départemental, Daniel Chemelle, président de Sicaba, Sebastien Ferra, directeur de la DDT, Jean-Luc Desnoyer, président de Covido Bovicoop, Jérôme Vandewalle, président de l’Ucal, Jean-Michel Ferrier, président du Syndicat des viticulteurs et vice-président de la Chambre d’agriculture, Yannick Martinet, président de la Safer Auvergne et vice-président de la Chambre d’agriculture, Geoffrey Rivaux, président des Jeunes agriculteurs de l’Allier, Gilles Cabart, président de la FNSEA 03, Richard Moine, sécrétaire général de la Chambre d’agriculture et Christine Lemaire, vice-présidente de la Chambre d’agriculture.

(2) Restauration hors domicile

(3) Direction départementale des territoires

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui