L'Allier Agricole 16 mars 2016 à 08h00 | Par M.Renaud

L’agneau de Sicaba sur les tables de la BNP

Questions-réponses avec Luc Mary, directeur de Sicaba

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le partenariat a été entériné lors de dernier Salon de l'agriculture
Le partenariat a été entériné lors de dernier Salon de l'agriculture - © CDPA

Lors du dernier Salon de l’agriculture, vous entériniez un nouveau partenariat avec la BNP pour la fourniture d’agneaux Français, origine Allier, dans les restaurants collectifs BNP. Comment est né le projet ?

Pour nourrir ses salariés, la Banque a à cœur de s’orienter vers des engagements filières. Elle a déjà conclu des accords pour la viande bovine et le porc et voulait élargir cette démarche à l’agneau. Après présentation, sur place, des outils d’abattage et de transformation et rencontre avec des éleveurs, nous avons décidé de nous entendre. Ce projet est intéressant puisqu’il vend des animaux à l’équilibre sur la base des cotations nationales en tenant compte des spécificités herbagères de la région. Une fois les volumes prévus, une méthode de travail a été élaborée. Elle garantit l’origine des agneaux, la qualité carcasse et l’équilibre matière sur une année de consommation. Ce qui veut dire concrètement que tous les morceaux seront utilisés selon les menus, les saisons et les modes de consommations.

Pouvez-vous nous donner une idée des volumes ?

Ce sont 2 800 agneaux qui devraient être travaillés en 2016. La BNP fonctionne avec une restauration autogérée avec douze restaurants en région parisienne pour 16 500 repas servis par jour. Ce partenariat concerne 120 / 130 éleveurs.

Est-ce une première du genre ou aviez-vous développé des initiatives comparables ?

Notre premier essai du même genre concerne l’approvisionnement de Systéme U en porc bio auquel nous participons.

La Restauration hors domicile (RHD) est donc en train de devenir un marché de taille pour Sicaba ?

Il l’est déjà puisqu’il représente 22 % de notre chiffre d’affaires. Nous avons deux contrats d’envergure avec Sodexo et Elior à qui nous fournissons de la viande Label et Bio. Nous avons également des contrats directs avec des restaurants collectifs autogérés à Nice, Bordeaux ou encore en Isère. Sans oublier nos contrats locaux.

L’engagement de Sicaba pour la filière ovine ne date, elle, pas d’hier ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque nous sommes passés de 12 000 agneaux traités en 2005 à 57 807 en 2015. Avec l’acquisition de la société Hassenforder en 2012, nous avons consolidé la filière agneau dans le département avec plus de 23 000 animaux traités par an. Nous avons également investis dans une ligne d’abattage spécialement conçue pour les agneaux et nous restons, grâce à cela, le plus gros abatteur d’Auvergne avec 34 000 ovins abattus. Enfin, créateurs de l’Agneau du Bourbonnais Label Rouge (1991) et de l’Agneau bio cœur de terroir (2012), nous nous félicitons du développement de ces deux filières qui sont passés de 7 006 à 16 954 agneaux labellisés (+ 242 %) et de 2 480 à 6751 ovins bio ( + 272 %).

Propos recueillis par Marie Renaud

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui