L'Allier Agricole 05 décembre 2019 à 11h00 | Par Sébastien Joly

« L’Allier est une terre propice à l’élevage de la race limousine »

Le 10 décembre prochain, l’association des éleveurs bovins limousins de l’Allier organise une vente de reproducteurs à Cosne-d’Allier. Rencontre avec un jeune éleveur, récemment installé sur la commune de Souvigny. Matthias est belge, il a 26 ans. Il a rejoint en Gaec, en 2016, ses parents Paul et Gert, à la ferme des Coudrais, eux-mêmes installés depuis 2010.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
http://www.lescoudrais.com/pages/intro.php
http://www.lescoudrais.com/pages/intro.php - © AA03

Matthias, quel est votre parcours ?

Matthias Van Leuven : J’ai fait des études générales en Belgique, équivalentes à un Bac+3. J’ai ensuite obtenu un brevet professionnel Responsable d’exploitation agricole suivi d’une validation des acquis de l’expérience par le ministère de l’agriculture française. Avec ce bagage, j’ai pu m’installer en tant que jeune agriculteur.

Votre exploitation, la ferme des Coudrais, pouvez-vous nous la décrire ?

M.V.L : Au départ, lorsque mes parents sont arrivés en France, l’exploitation ne comptait que
70 hectares. Ils avaient alors une vingtaine de vaches limousines et 50 chevaux en pension. Ils ont, par la suite, acquis 90 hectares supplémentaires. J’ai acheté cent vaches limousines pleines dans l’objectif de préparer mon installation.

Actuellement la surface atteint les 330 hectares, uniquement en prairies naturelles. Nous réservons 40 hectares en temporaire en vue de la fauche et de l’ensilage du foin, uniquement destiné à l’alimentation du bétail de l’exploitation.

Le cheptel, lui, est d’environ 160 mères, l’objectif étant de 200 mères maximum. On fait vêler toute l’année par lot d’environ 20 à 22 vaches. En ce qui concerne les ventes de nos animaux, nous passons principalement par un marchand de bêtes, notamment pour les broutards et les vaches de réforme. Nous développons des individus homozygotes, sans corne.

Nous avons également développé de la pension pour une cinquantaine de chevaux et aménagé deux gites.

Depuis le 11 novembre dernier, nous avons fait une nouvelle fois des acquisitions de terrains, nous permettant ainsi de donner un nouveau souffle pour nos activités.

Pour faire tourner toutes ces activités, nous travaillons à quatre, mes parents, ma compagne Yana, qui est salariée de l’exploitation, et moi-même.

Pourquoi vos parents et vous Matthias, vous avez décidé de vous diriger vers l’élevage de bovins limousins ?

M.V.L : Cette race est connue pour vêler facilement. Ce sont aussi des animaux rustiques, plus facile à élever. N’oublions pas la qualité de sa viande, exceptionnelle !

Pourquoi avoir quitté la Belgique et avoir choisi l’Allier pour vous installer ?

M.V.L : Nous n’étions pas agriculteurs avant. Nous avions simplement quelques chevaux de loisirs et quelques hectares en notre possession. C’était les seuls liens avec le monde rural pour nous ! J’ajoute aussi que si ma mère était agent immobilier, mon père était, lui, ingénieur agronome tout de même.

Suite à une expropriation due à l’extension d’une zone industrielle, nous avons décidé de quitter notre pays natal car, là-bas, les prix des terres sont trop élevés, et il est, de toute façon, difficile de trouver de grandes surfaces.

L’Allier, nous connaissions pour y avoir passé des vacances à plusieurs reprises. Nous y sommes attachés et nous avons trouvé cette belle propriété à Souvigny. Cette région se prête à l’élevage, les terres y sont propices et les surfaces disponibles y sont importantes.

Je voudrais ajouter que, quand nous sommes arrivés ici, en Bourbonnais, l’accueil des habitants a été très chaleureux.

Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

M.V.L : Côté élevage, nous souhaiterions augmenter le cheptel pour obtenir 200 vêlages et développer la pension de chevaux. De nouveaux gîtes sont en cours d’aménagement dans les anciens bâtiments existants sur notre nouvelle acquisition.

C’est la première fois que vous participez à la foire de Cosne-d’Allier, qu’en espérez-vous ?

M.V.L : Les organisateurs ont pris contact avec moi cet été par des connaissances communes. J’ai prévu d’amener deux reproducteurs limousins que j’espère, bien sûr, vendre ! Ce rendez-vous réunira onze éleveurs et une trentaine d’animaux. À savoir que tous les animaux sont garantis sanitairement sains.

Propos recueillis par Sébastien Joly

Vente reproducteurs limousins de 12 à 18 mois, HBL ou non, le 10 décembre 2019, à Cosne-d’Allier, sous le marché couvert, de 9h à 13h. Restauration sur place au prix de 18 euros. Renseignements : 06 31 19 61 05.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui