L'Allier Agricole 12 décembre 2019 à 15h00 | Par Sébastien Joly

La 33e Ficelle s’élance dans toute la France !

Elle doit sa notoriété aux bougnats qui l’ont introduite sur le table des bars et restaurants parisiens. La Ficelle est un véritable vecteur de promotion de l’appellation du Saint-Pourçain, bien au-delà des frontières bourbonnaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thibault Soulcié a été choisi pour illustrer la bouteille de la nouvelle Ficelle 2019 !
Thibault Soulcié a été choisi pour illustrer la bouteille de la nouvelle Ficelle 2019 ! - © AA03

On la boit aux États-Unis, en Australie et même au Japon, la Ficelle s’exporte dans le monde entier. Ses qualités œnologiques ne sont plus à démontrer et sa bouteille, sérigraphiée, permet de l’identifier à coup sûr dans les rayons des meilleures caves. Issue d’un assemblage de Pinot et de Gamay, sa robe se pare d’une ravissante couleur cerise. Souvent médaillée au Concours Général des Vins lors du Salon International de l’Agriculture à Paris, elle s’apprécie aux apéritifs, accompagnée d’autres produits régionaux, charcuteries et autres fromages.

Fanfare et confréries

Samedi matin, et comme chaque premier weekend de décembre, la tradition a été respectée ! Une procession a déambulé dans les rues de la ville de Saint-Pourçain-sur-Sioule, à l’occasion du marché. Accompagnés de la musique de la fanfare municipale, vignerons, confréries, élus et amoureux de la Ficelle se sont dirigés vers les Cours pour déguster le Blanc Premier, produit par l’Union des Vignerons à hauteur de 40 000 bouteilles cette année. Un vin qualifié de très aromatique avec quelques notes fleuries se rapprochant de l’aubépine.

Thibaut Soulcié, intronisé

Né dans le Loir-et-Cher, ayant grandi au sein d’une famille d’agriculteurs très ouverts sur la culture, Thibaut Soulcié part se former au graphisme à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art Olivier-de-Serres, à Paris et ensuite à l’illustration aux Arts Déco de Strasbourg.

En dessin de presse et en bande-dessinée, il collabore à l’émission d’Arte « 28 minutes », La Revue Dessinée, Fluide Glacial, Télérama.fr, Marianne, Fakir CQFD, mais aussi L’Équipe. Dessinant l’actualité sportive pour ce dernier grand quotidien spécialisé, il signe en dernière page ses dessins notamment remarqués lors des compétitions de l’Équipe de France de football à l’Euro 2016 et à la Coupe du monde de football de 2018.

Il signe plus récemment « Cooloriages » et « Basse cour baston » chez la jeune maison d’édition nantaise Rouquemoute, un recueil de ses meilleurs dessins sportifs « Le monde est Foot », aux éditions du Chêne, et en 2019, chez Glénat, « Macronarchie » avec le journaliste Renaud Dély.

Il réalise par ailleurs, pour les films de François Ruffin, les affiches de « Merci Patron » et « J’veux du soleil ».

Thibault Soulcié a été choisi pour illustrer la bouteille de la nouvelle Ficelle 2019 ! Une carte blanche qu’il a décidé de traduire par un couple d’amoureux relié par un cœur, dégustant une bonne bouteille de Ficelle. Un dessin dévoilé au grand public, samedi, vers midi, en la salle Mirendense, suivi de la dégustation du fameux vin par une toujours aussi nombreuse assistance !

Sébastien Joly

Entretien avec Jean-Marc Josselin, président de l’Union des Vignerons :

Comment peut-on qualifier la dernière récolte ?

« Les fortes chaleurs et un déficit hydrique extrême sur le vignoble ont provoqué une perte de rendement de 50 % par rapport à une récolte normale. Les vignerons de Saint-Pourçain ont un peu le moral dans les chaussettes, car sur les trois dernières récoltes, ils ont perdu l’équivalent d’une récolte pleine. Malgré cela, la qualité des raisins était au rendez-vous pour donner le résultat d’un millésime atypique. Je pense que vous saurez l’apprécier en dégustant notre nouvelle Ficelle ! ».

Justement, cette nouvelle Ficelle, comment la décrire ?

« Je la qualifierais de puissante, sentant bien le soleil, avec une bonne structure, ayant des arômes de fruits noirs et quelques notes épicées. Malgré les faibles volumes récoltés, nous avons mis 160 000 bouteilles de Ficelle et 40 000 bouteilles de Blanc premier sur le marché à partir d’aujourd’hui ».

L’agriculture est aujourd’hui critiquée, remise en cause. Les vignerons ne sont pas épargnés. Qu’en pensez-vous ?

« Aujourd’hui, vous voyez, nous sommes des vignerons joyeux puisque c’est la sortie de notre vin. C’est le travail de toute une année. Et pourtant, depuis quelque temps, nous sommes devenus la cible de nombreuses attaques, d’une surenchère de reproches : l’agribashing ! Nous sommes traités de pollueurs, d’empoisonneurs. Prendre son tracteur est une source d’angoisse car nous avons peur de nous faire agresser verbalement. Nous sommes photographiés, filmés quand nous travaillons dans nos vignes et nos champs. Nous avons le sentiment d’injustice et d’un manque de considération alors que nous n’avons pas l’impression de faire n’importe quoi. Nous sommes les nouveaux bouc-émissaires. Encore dernièrement, on nous annonçait une campagne de communication sur le mois de janvier sans alcool. Cette mesure a été annulée mais une opération comme celle-ci, c’était 20 % de chiffre d’affaires en moins pour une structure comme l’Union des vignerons ».

Emmanuel Ferrand, maire de Saint-Pourçain-sur-Sioule, vice-président de la communauté de communes St Pourçain Sioule Limagne et conseiller régional Délégué Auvergne Rhône-Alpes, Président de la commission agricole, viticole et des produits du terroir :

« Le vin de St Pourçain qui se cultive et se produit sur un bassin viticole de 600 hectares fait rejaillir sur la ville sa notoriété bien au-delà des frontières de notre Bourbonnais. La Ficelle que nous fêtons tous les premiers week-ends de décembre, par son goût de vin à boire jeune attire le connaisseur tant par sa qualité gouleyante que par le dessin sérigraphié sur la bouteille d’un dessinateur humoristique connu qui change chaque année. Mais cet ambassadeur du vin de St Pourçain ne doit pas occulter tous les vins de la gamme offerte par l’Union des vignerons comme ceux de la quinzaine de viticulteurs indépendants excellents professionnels, dont le marché s’étend à tous les continents.  Et il est un continent qui m’inquiète avec son président, Donald Trump, qui prend en otage ses concitoyens en voulant surtaxer notre vin, le libéralisme légendaire des Américains ne va bien que quand il sert leur intérêt. Tous ces vignerons par leur produit d’une qualité méritant très largement l’AOC, font rejaillir sur St Pourçain et tout le territoire une fierté légitime. Rendez-vous maintenant pour le printemps du St Pourçain, un autre jour de fête, notre vin étant le meilleur prétexte de la convivialité et la bonne humeur ! ».

Propos recueillis par Sébastien Joly

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui