L'Allier Agricole 20 février 2019 à 11h00 | Par L'ALLIER AGRICOLE

La durabilité de l’élevage de bovins viande en Bourbonnais

L’Institut de l’Élevage (Idele) et le Conservatoire d’espaces naturels de l’Allier se sont associés pour organiser une journée d’échanges sur les services rendus par l’élevage et sur la résilience des exploitations dans le Bourbonnais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite de l’exploitation Farjaud.
Visite de l’exploitation Farjaud. - © AA

Un institut national d’expertise et de recherche appliquée pour les filières herbivores

L’Institut de l’Élevage est un institut professionnel d’expertise et de recherche appliquée sur les herbivores (bovins, ovins, caprins, équins). Il conduit des travaux d’expérimentation, d’ingénierie et de conseil pour améliorer la compétitivité des exploitations et les conditions d’exercice du métier d’éleveur, adapter la production et les systèmes d’élevage et répondre aux demandes des filières sur la transformation des produits et les démarches « qualité ». Pour Delphine Neumeister, du service approches sociales et travail en élevage (ASTRE) : « Nous accompagnons les éleveurs de ruminants et leurs filières au quotidien grâce à l’élaboration de références et de méthodes de conseils, tout en intégrant les aspects humains pour faciliter le changement.  ».

Un programme européen pour améliorer la durabilité de l’élevage : Animal-Future

Une quarantaine d’acteurs de la filière bovine bourbonnaise se sont retrouvés le 14 février à Saint-Gérand-le-Puy dans le cadre d’un programme d’étude européen « Animal-Future », dont l’Institut de l’Élevage est le partenaire français avec l’Inra. Ce projet a pour objectif d’améliorer la durabilité de l’élevage en mettant en avant ses impacts positifs et en limitant ses impacts négatifs. Le Bourbonnais fait partie des dix terrains d’études retenus par ce programme sur toute l’Europe. Ce moment d’échange et de restitution fait suite au stage de fin d’étude mené par Elodie Dolléans, chargée de mission à l’Institut de l’Élevage et qui s’est déroulé tout au long de l’année 2018. Elle a étudié plus précisément les innovations développées dans notre département pour mettre en valeur les services de l’élevage : « Cette étude s’est construite en allant à la rencontre des différents acteurs du territoire impliqués de près ou de loin au niveau de l’élevage, ainsi qu’auprès des porteurs d’initiatives agricoles innovantes. Un travail de six mois, avec une phase d’enquête de trois mois. Une journée comme celle-ci nous permet de présenter le fruit de notre travail, d’en faire l’analyse et de faire échanger les acteurs entre eux sur les innovations ».

Le Bourbonnais, terre d’initiatives

L’étude fait ressortir le Bourbonnais comme un territoire où le tourisme vert peut être amplifié en jouant sur la valeur de son élevage qui en est l’activité principale. Les initiatives y sont nombreuses. Plusieurs d’entre elles ont été mises en avant à travers six ateliers lors de la matinée. L’Allier se caractérise aussi par de grandes surfaces en herbe permettant l’engraissement des bêtes. Le pâturage tournant dynamique, qui avait toute sa place il y a encore quelques années, tend à revenir via la gestion de l’herbe et le bien-être des animaux. Signalons aussi l’entretien des bords d’Allier réalisé par l’élevage et qui ne pourrait pas se réaliser autrement. La présence importante de bois sur les parcelles bourbonnaises doit être aussi une valeur ajoutée mise en avant grâce à l’agroforesterie. N’oublions pas non plus la vente en circuit courts et en local, à mettre en avant dans la communication afin de permettre le contact entre éleveurs et consommateurs.

Maintenir les milieux ouverts en protégeant la biodiversité des bords d’Allier

Partenaire essentiel du territoire, le Conservatoire des Espaces Naturel de l’Allier mène de nombreuses actions pour maintenir l’élevage sur les pacages en bord d’Allier, activité indispensable pour préserver la qualité environnementale, économique et sociale de nos territoires ruraux. Pour Pierre Loiseau, chargé de mission : « Le Conservatoire est en pleine propriété de douze sites regroupant une centaine d’hectares. Se sont des sites dits érodables où la rivière grignote. Par rapport à la dynamique de l’Allier, se sont des sites essentiels par rapport, notamment, à sa recharge sédimentaire. Afin de gérer au mieux ces espaces, très riches en biodiversité, mais aussi en terme de mosaïques de milieux, de paysages, ils est très important pour nous de maintenir une agriculture extensive et pérenne. Le modèle agricole bovin allaitant, ou ovin traditionnel, nous permet d’y maintenir ces milieux ouverts qui, naturellement, auraient tendance à se refermer par les buissons et se transformer en forêt ».

Résilience de l’élevage bovin

La journée s’est poursuivie par une présentation du réseau « Bienvenue à la Ferme » et une dégustation de produits locaux. L’après-midi a été consacrée à un échange sur les conditions de maintien de l’élevage bovin dans le territoire du Bourbonnais et sur sa résilience définie par la robustesse, l’adaptabilité et la transformabilité des exploitations. Pour finir la journée, les participants ont visité la ferme Farjaud avec son atelier de transformation et de vente de burgers surgelés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui