L'Allier Agricole 11 janvier 2022 a 07h00 | Par Pierre Garcia

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

« Notre agriculture régionale résiste mieux que le reste de l'agriculture française »

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © C. Pietri

Après la publication des résultats du recensement agricole, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, s'est attelé à faire voter le budget du Conseil régional. Avec une place toute particulière qu'il a souhaité accorder à l'agriculture.

Le budget de la Région a été voté en session plénière les 16 et 17 décembre derniers. Quels sont les principaux enseignements à en retenir ?
Laurent Wauquiez : « À l'heure où l'Etat accumule les dettes, les économies que nous avons réalisées lors de mon premier mandat nous permettent aujourd'hui de réaliser des investissements directement vers les habitants. Cette stratégie se reflète beaucoup dans le budget agricole, sur lequel nous avions décidé de ne faire aucune économie. Le budget est maintenu à 110 millions d'euros, et nous avons décidé de rajouter 20 millions d'euros en crédits de paiement pour solder tous les dossiers Feader. En matière d'agriculture, nos principales priorités sont le renouvellement des générations, les plans de filières, l'adaptation au changement climatique, l'amélioration des circuits de commercialisation et le soutien à la filière bois. »

Concrètement, comment ces priorités vont-elles se traduire en matière d'investissements ?
L.W : « Concernant le renouvellement des générations, nous souhaitons poursuivre l'accompagnement des installations par une dotation jeunes agriculteurs (DJA) à 44 000 euros contre 30 000 euros en moyenne en France. Pour aller plus loin, un travail de repérage des cédants et de synergie avec les lycées agricoles va notamment être mené. Pour ce qui est des plans de filières, ils sont renouvelés jusqu'à la fin de l'année. Ensuite, il s'agira de tout remettre sur la table pour envisager la suite à donner. Certaines filières, comme la volaille de Bresse ou la noix de Grenoble, auront par exemple besoin d'être soutenues. En matière d'adaptation au changement climatique, une enveloppe de 20 millions d'euros est débloquée avec une doctrine : le changement climatique ne doit pas se subir, il faut l'anticiper. En matière de circuits de commercialisation, je veux développer à la fois les circuits courts et les circuits à l'export, car on ne peut pas avoir pour seule ambition de nourrir les habitants dans un rayon de cinq kilomètres. Enfin, concernant la filière bois, je veux renforcer nos entreprises familiales, améliorer la gestion de la forêt et promouvoir l'utilisation du bois régional. »

Les chiffres du dernier recensement agricole sont sortis il y a quelques jours. Qu'en retenez-vous ?
L.W : « Le nombre d'exploitations est en baisse, c'est indéniable. Dans notre région, le sujet majeur est l'élevage, notamment laitier, car il demande une certaine densité d'exploitations et une capacité à travailler en commun. Je retiens aussi que la baisse du nombre d'exploitations est moins forte en Auvergne-Rhône-Alpes qu'ailleurs. Cela prouve que notre agriculture régionale résiste mieux que le reste de l'agriculture française. La surface agricole utile n'a pas baissé, et nous avons conservé une taille d'exploitation familiale. Nous avons réussi à enclencher une dynamique de renouvellement des générations avec 1 700 nouvelles installations par an. Tous les éléments sont là pour surmonter ce gigantesque défi qu'est le renouvellement des générations. Les choses sont claires : pour la prochaine enveloppe Feader, priorité absolue à la DJA ! ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,