L'Allier Agricole 09 février 2021 a 06h00 | Par L'ALLIER AGRICOLE

« Le fruit d’une philosophie de travail de plusieurs années »

Le domaine de Bellevue est une exploitation viticole familiale. Il vient d’être certifié HVE. Rencontre avec son directeur, Jean-Louis Petillat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

Cest une véritable saga familiale qui a façonné le domaine de Bellevue. Situé sur la commune de Meillard, il a été repris par la famille Petillat en 1920. Au départ, c’était une simple exploitation en polyculture-élevage qui a évolué, au fil des générations, vers la culture de la vigne comme l’explique Jean-Louis Petillat, le directeur d’exploitation : « Mon arrière grand-père et mon grand-père ont commencé à planter quelques plants de vignes dès 1922. À partir des raisins produits, ils ont alors commencé à vinifier et embouteiller quelques bouteilles. Une période où le renouveau du vin de Saint-Pourçain commençait à s’installer. Mon père a alors pris le flambeau et décidé de se consacrer exclusivement à la culture de la vigne en abandonnant la production de céréales dont les terrains qu’elle occupait, n’étaient, d’ailleurs, pas très propices à celle-ci ». Quelques bovins charolais pâturaient encore sur quelques parcelles. Ils disparaîtront progressivement après l’installation de Jean-Louis Petillat en 1982 lorsqu’il rejoint la structure familiale. Le développement du domaine viticole prend alors un coup d’accélérateur à partir de 1987 lorsque Jean-Louis décide de se consacrer uniquement au développement de vins rouge, blanc et rosé. Ses parents désormais à la retraite, c’est son épouse, Chantal, qui le rejoindra en s’associant avec lui.

En 2014, le couple décide de vendre le domaine de Bellevue. Un choix qu’explique Jean-Louis Pétillat : « Avec mon épouse, nous avons deux filles. Aucune ne souhaitait reprendre l’exploitation.

Nous avons donc décidé de la vendre à Véronique et Jacques Gautier. Un couple d’entrepreneurs spécialisé dans la sélection, la production de semences potagères pour les professionnels. Installés à Eyragues, une commune du département des Bouches-du-Rhône, Véronique et Jacques sont avant tout des passionnés de l’esprit vigneron ». Jean-Louis Petillat, lui, souhaite poursuivre son activité et devient responsable de la production.

Sortir des sentiers battus

Le domaine de Bellevue s’étend sur environ 22 hectares. Des parcelles en majorité situées sur la commune de Meillard mais aussi sur celle de Châtel-de-Neuvre. Des terrains constitués d’un sous-sol de granit, de sable et de gravier permettant la production de raisins à la base de vins rouges, blanc et rosé AOC de qualité. Depuis quelques années, Jean-Louis Petillat produit aussi un vin sans appellation, associé au parfum de framboise : « C’est une production traditionnelle qui est née d’une rencontre avec un producteur local de framboises. Après plusieurs essais nous avons mis au point le bonne formule ». Une production qui a permis au domaine de Bellevue de sortir des sentiers battus en s’inscrivant dans une véritable démarche de création.

La reconnaissance d’un travail de plusieurs années

Depuis quelques mois, l’exploitation de Jean-Louis Petillat a été certifiée HVE. Une reconnaissance avant tout du travail accompli : « Depuis de nombreuses années déjà, nous pratiquons la culture raisonnée sur l’ensemble du domaine.

Le désir de préserver l’environnement en limitant les quantités d’intrants nous anime. Jacques Gautier et son épouse étaient aussi convaincus  par cette vision des choses. Nous avons donc décidé de nous inscrire dans la démarche pour véritablement savoir si notre exploitation était bien conforme aux critères attendus ». Une certification qui, en 2020, a donc confirmé les bonnes pratiques mises en place sur les parcelles de vignes de la propriété.

Une démarche qu’ils souhaitent amplifier en augmentant encore le niveau d’exigences sans, toutefois, basculer vers l’agriculture biologique. Jean-Louis Petillat s’explique : « Nous sommes sur une exploitation en culture conventionnelle. Nous ne sommes, bien sûr, pas fermés à ce type de culture mais, selon moi, nous n’avons pas encore toutes les réponses aux problèmes techniques qui y sont liés. Il faut, en revanche, s’en inspirer, et, qui sait, ce sera peut-être la marche d’après ! ».

Une clientèle sensible

Une certification HVE dont il est encore trop tôt pour en connaître les effets mais qui va, selon Jean-Louis Petillat, dans le bon sens : « Notre clientèle est de plus en plus sensible aux questions environnementales. Nous devons nous y adapter et répondre à leurs attentes. La certification HVE demande à être reconnue et cela passe par plus de communication. Aujourd’hui ce sont nos clients professionnels qui remarquent ce logo que nous apposons sur nos bouteilles. Pour eux c’est un gage de garantie, de qualité du produit qu’ils pourront proposer à leurs clients ». La certification HVE est valable trois années.

Une démarche s’inscrivant pleinement dans le plan de développement pour le vignoble de Saint-Pourçain 2018-2021 et que compte poursuivre l’équipe du domaine de Bellevue.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,