L'Allier Agricole 18 mai 2016 à 08h00 | Par M.Renaud

Le petit vignoble joue dans la cour de la grande région

Le vignoble de Saint-Pourcain est désormais membre du Comité de pilotage vitivinicole Auvergne-Rhône-Alpes qui rassemble les acteurs de la filière

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

La petite région viticole de Saint-Pourçain se trouve désormais au sein de la grande Région Auvergne-Rhone-Aples. Une Région qui, en matière de vins, a déjà une certaine expérience.

« Qui dit rapprochement, ne dit pas fusion »

Il existe depuis 1985 dans l’ex Région Rhône-Alpes une entité appelée le Comité vin (Le CPVVRA, Comité de pilotage vitivinicole Auvergne-Rhône-Alpes, NDLR), hier limité à la seule région Rhône-Alpes et aujourd’hui étendue à la vaste région. « L’idée originelle est de regrouper l’ensemble de la filière et sous la coupe de la Chambre régionale d’agriculture. Les présidents étant désignés par ces dernières,  commente le Pierre Combat, président du Comité a l’occasion de la récente assemblés générale du Syndicat des viticulteurs, jeudi 12mai dernier, à Saulcet. Il s’agit d’une interface entre l’Etat, la Région et la filière elle-même ». Chaque vignoble ayant un représentant, c’est Jean-Michel Ferrier, entre autre, président du syndicat qui occupera cette mission. «  A l'image des évolutions politiques et territoriales, le vignoble de Saint-Pourçain évolue et voit ses interlocuteurs changer. Si hier nous n'étions qu'une goutte d'eau dans l'agriculture auvergnate, aujourd'hui la filière vin Auvergne Rhône-Alpes a un poids réel, économiquement et politiquement (...) Mais qui dit rapprochement, ne dit pas fusion. Nous restons attachés à ce Val de Loire et nos problématiques viticoles sont encore liées à l'INAO ou au conseil de Bassin Val de Loire », commente ce dernier.

- © AA

Développement économique

Le Comité vin travaille essentiellement sur le Crof, pour Contrat régional d’objectifs de la filière dont les quatre axes principaux ont été détaillés par Patricia Picard, déléguée générale : «  Le premier c’est la viticulture durable, le second s’organise autour du développement économique, le troisième porte sur la promotion et la notoriété des vins de la Région et le quatrième se concentre sur œnotourisme. » Vaste programme donc qui va du maintien des exploitations à la conservation de part de marché en passant par l’accompagnement sur des salons et le maintien de vignoble.

Œnotourisme

Mais l’une des parties les plus essentiels s’orientent autour du tourisme viticole. Pour cela, la structure entend profiter de l’aura de sa capitale : « Nous voulons faire de Lyon la porte d’entrée des vignobles ». Une ambition forte qui ne se fera pas sans la passion d’hommes et de femmes impliqués et fiers de leur vignoble. « Pour que chaque Auvergnat-Rhônalpins puissent être ambassadeur de ses vins ». A travers le Comité Vins, « l'appellation Saint-Pourçain possède un moyen supplémentaire pour accéder à l'information et à la défense de la profession, sans oublier l'aspect promotion des vin », conclut Jean-Michel Ferrier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui