L'Allier Agricole 15 mars 2018 à 10h00 | Par M.Renaud

Les agriculteurs ont répondu présents aux réunions d’info cet hiver

Les réunions d’information se terminent ce jeudi 15 mars à Bourbon-l’Archambault. Statistiques des élevages de l’Allier, surmortalité et décalage des vêlages, points sur les versements Pac 2017, révision des zones défavorisées simples, zones vulnérables, installation, transmission, contrôles des Gaec, … Retour sur les principaux points abordés lors de ces soirées de rencontres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Durant trois semaines, les élus de la Chambre d’agriculture de l’Allier sont partis à la rencontre des agriculteurs du département. L’occasion d’aborder les principaux points d’actualité.

 

Élevage allaitant :
une érosion des effectifs contenue depuis 2013

Jusqu’à 2012-2013, « nous avons assisté à une phase de diminution rapide du nombre d’élevages et du nombre de reproducteurs lié à la crise structurelle touchant la filière renforcée par les critères de chargement liés à la prime à l’herbe et à la spécialisation des élevages mixtes bovins-ovins vers les bovins », évoque Yannick Martinet, vice-président de la Chambre d’agriculture. Depuis 2013, l’éleveur parle d’une « lente érosion des effectifs liée essentiellement au non renouvellement des élevages qui cessent leur activité. Malgré un contexte économique porteur, la reprise des exploitations ovines s’accompagne souvent d’un changement de production ». La restructuration des élevages de bovins allaitants est déjà avancée dans le département contrairement à d’autres régions. Celle-ci « va certainement se poursuivre si on examine l’âge des éleveurs individuels et le nombre d’exploitations sociétaires qui comprennent un associé de plus de 55 ans, analyse Patrice Bonnin, président de l’organisme consulaire. Malheureusement le contexte économique et les investissements nécessaires pour arriver à cette augmentation n’ont pas permis une évolution du revenu dans le même sens ».
En élevage ovin, plus de 50 % des élevages détiennent moins de 50 brebis, ce qui représente moins de 10 % du cheptel. Cependant la « professionnalisation » de la production s’accentue avec l’augmentation régulière de la part des élevages détenant plus de 200 brebis en association avec une ou plusieurs autres productions. La part des « spécialisés » dans le cheptel de l’Allier augmente elle aussi avec près de 30 % du cheptel représentant des troupes de plus de 500 brebis.
En élevage laitier, on note une diminution du nombre d’élevages laitiers de -20 % en 3 ans, compensée par l’augmentation de la taille des cheptels avec 18 % en trois ans et par l’augmentation de la productivité par vache qui permet de maintenir le volume de lait produit. La diminution du nombre d’élevages pose néanmoins problème notamment pour le partage de la main-d’œuvre spécialisée (traite et conduite de troupeau). « Une réflexion sur ce thème est engagée au niveau de la Chambre d’agriculture de l’Allier et du service de remplacement », ajoute Patrice Bonnin.

 

Nouveautés
pour la Pac 2018

Les éleveurs ovins savent que les majorations commercialisation et nouveaux producteurs sont supprimés.
Autre nouveauté concernant les déclarations de surfaces puisque « les exploitations avec plus de 75 % d’herbe dans la PAC et plus de 30 hectares de terres arables ne sont plus concernées ni par la diversification ni par l’obligation de SIE, explique Richard Moine, secrétaire général. Dès 2018, l’aide aux légumineuses fourragères mélangées avec des graminées est supprimée ». Enfin, l’équivalent SIE pour les plantes fixatrices d’azote est maintenant de l’ordre d’un hectare semé = un hectare de SIE (contre 0.7 auparavant).


Révision des zones défavorisées simples (ICHN) : l’Allier entièrement zoné

Le 20 février dernier, la carte présentée révèle que le département de l’Allier est entièrement zoné. Cependant, les critères d’éligibilité ne se sont pas encore connus. « Ce qui est porté au niveau national, c’est le refus d’un ICHN végétal. Reste à savoir si les montants unitaires vont être revus à la hausse mais l’hypothèse est peu probable », glisse Richard Moine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui