L'Allier Agricole 04 août 2012 à 17h38 | Par aa

Les bergers, les montagnes, le loup, l’ours et le lynx…

En 2011, près de 5000 moutons ont été tués par des loups et 350 par des ours. Sur les six premiers mois de 2012, la tendance à la hausse se poursuit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir, S.Leitenberger

Au-delà de ces chiffres qui parlent d’eux-mêmes mais qui ne doivent pas manquer de tous nous interpeller, il faut remettre les pendules à l’heure.

Rappelons le rôle prépondérant des bergers dans la vie, l’entretien et la protection des paysages. C’est surtout un rôle essentiel pour l’économie des territoires. Qui imagine tous ces monts et tous ces vaux sans l’activité agricole ?

Depuis longtemps, la FNO, la FNSEA et les JA alertent les gouvernements pour les sensibiliser à toutes les biodiversités.

En effet, l’expansion imposée du loup et l’introduction autoritaire d’ours, si elles sont vues par nos concitoyens comme un plus en biodiversité, ne sont en fait qu’une attaque contre les autres biodiversités de la montagne, que ce soit pour les animaux sauvages ou domestiques ou pour la flore, là où le pastoralisme disparaît.

Et que dire des procès qui touchent désormais les éleveurs qui protègent leurs troupeaux avec des chiens, qui, tendus par les attaques répétées des loups, peuvent mordre les touristes qui parcourent les montagnes.

Trop c’est trop, aujourd’hui il faut protéger les bergers et leurs troupeaux et stopper le développement exponentiel de ces prédateurs.


➜ Contacts :

FNO : Amélie Villette - 01 40 04 51 32

FNSEA : Arnaud Lemoine - 01 53 83 48 83

JA : Marie-Laure Hustache - 01 42 65 86 16

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui