L'Allier Agricole 02 février 2017 à 08h00 | Par M.Renaud

LES CHAMBRES D’AGRICULTURE MOBILISÉES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE

La demande en agriculture biologique reste encore très supérieure à l’offre : avec un taux de croissance du marché européen de près de 20 % en un an, les perspectives de développement sont toujours très favorables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Il y a ceux qui passent en bio d’un seul coup et d’autres qui y viennent progressivement, une marche après l’autre. Et puis, il y a ceux qui sont en bio dans l’esprit comme dans la pratique sans en avoir l’appellation.

Sur les rails du bio…

C’est le cas de la Ferme du P’tit Locquet à Montilly (La Chèvre-feuille) qui en plus de produire des bovins, caprins et volailles, sert ses produits au sein de sa ferme auberge et a une activité de ferme pédagogique. Régis Thevenin, installé à Villeneuve-sur-Allier, sur 160 hectares, avait, lui aussi, déjà une production pauvre en intrants, avant de se lancer dans le bio.

« Je faisais du bio sans être reconnu en tant que tel »

Ces deux fermes ont comme point commun d’être en conversion à l’Agriculture biologique. Une conversion quasi indolore pour les deux structures tant leurs modes de production se rapprochaient déjà des exigences réglementaires du bio. « Je faisais du bio, sans être reconnu en tant que tel », plaisante Régis Thevenin qui n’avait déjà « pas l’habitude de mettre de l’engrais sur ses prairies ni de tout faire pour faire la course aux quintaux en culture ». Même chose chez Annick et Jonathan Locquet qui utilisaient déjà « très peu de pesticides et d’engrais ».

- © AA

Entretien, diagnostic et suivi de conversion

C’est donc tout naturellement que ces deux exploitations, si différentes soient-elles, ont suivi un parcours similaire. Au moment, d’entamer les démarches, c’est vers la Chambre d’agriculture qu’ils se sont tournés pour l’entretien et le diagnostic avant conversion pour ce qui concerne le Gaec Locquet et pour l’entretien et le suivi de conversion pour Régis Thevenin. Ces démarches ayant respectivement été effectuées auprès d’Anne-Laure Reverdy et d’Emmanuel Desilles, conseillers à la Chambre d’agriculture. « C’est un accompagnement indispensable, pour Annick Locquet, car nous avons plein de choses à connaître sur les démarches liées au bio ».

Conversion totale ou partielle

Aujourd’hui, ces deux exploitations sont en conversion. Régis Thévenin a choisi de repartir de zéro en troquant son cheptel charolais contre un troupeau aubrac, race dont il vante « la rusticité ». Chez lui, cheptel, cultures et prairies sont en conversion. « C’est pour moi un nouveau départ, explique l’éleveur. Je n’ai pas encore de résultats économiques mais je retrouve une certaine envie de faire mon métier et c’est déjà beaucoup ».
L’envie, Annick et Jonathan l’ont, cela se voit à leur sourire. Par prudence, « les bovins ne sont pas encore en bio », commente Annick qui « attend un peu de voir ce que cela donne sur les autres productions ». Mais là encore, tout est question de sémantique puisque l’alimentation est déjà très raisonnée et que la transformation se fait sur place.

VOS INTERLOCUTEURS À LA CHAMBRE D’AGRICULTURE

■ Un projet d’installation ? Contactez le Point accueil installation.
■ Un conseil en élevage bovins allaitants ? Contactez Emmanuel Desilles ou Fabien Plasson.
■ Un conseil en élevage bovins lait ? Contactez Jean-Philippe Garnier.
■ Un conseil en élevage ovins ? Contactez Bernadette Vignaud.
■ Un conseil  en grandes cultures ? Contactez Christelle Damoret-Johannel.
■ Des questions sur les aides spécifiques bio ou sur un projet de conversion en bio ? Contactez Anne-laure Reverdy.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,