L'Allier Agricole 05 décembre 2018 à 10h00 | Par FNSEA 03 et JA 03

Lettre ouverte de la FNSEA 03 et des JA 03

La FNSEA 03 et les JA 03 demandent à la Préfète de l’Allier, aux députés et aux sénateurs des mesures concrètes rapidement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis des mois, nous vous alertons sur le mal-être des campagnes qui grandit un peu plus chaque jour et aujourd’hui encore, c’est pourquoi nous nous permettons de vous lancer une nouvelle alerte.

En effet, nos agriculteurs sont les premiers à subir les décisions ministérielles et gouvernementales. Pour preuve, cette décision de retarder le paiement des aides PAC pour les agriculteurs ayant fait l’objet d’un contrôle. Comment peut-on infliger un retard de paiement à des comptes d’exploitations très éprouvés dans des conditions climatiques inédites que nous connaissons depuis le printemps et par une conjoncture économique difficile dans tous les secteurs ?

De plus, la décision de créer « une start-up d’État » pour pousser les agriculteurs à sortir du glyphosate d’ici 2020 serait une nouvelle escalade dans l’agribashing. À quel moment le compteur sera-t-il jugé suffisant pour ne plus dénigrer les agriculteurs par rapport à l’opinion publique ? Qu’en est-il de ceux qui ne se déclareraient pas ? La FNSEA 03 et les JA 03 ne peuvent pas cautionner cela.

Nous avons mis en place nationalement, avec plus de 40 partenaires, depuis plus d’un an, le contrat de solutions permettant d’apporter des solutions qui ne laissent aucun agriculteur dans une impasse technique.

Nous vous rappelons que pour avancer, ce n’est pas de la communication qu’attendent les agriculteurs de la part de l’État, mais bien des moyens forts pour les accompagner. Il est plus que temps de reconnecter les décisions politiques avec la réalité du terrain !

Outre la conjoncture difficile, les aléas climatiques exceptionnels et les décisions gouvernementales non conformes aux réalités des territoires ruraux, les agriculteurs du département de l’Allier font face toujours et encore à des attaques médiatiques.

Pas un jour ne passe sans qu’ils soient la cible de voisins anti-tout, anti produits phytosanitaires, ou encore vegans.

Dernièrement Greenpeace a dévoilé une liste d’exploitations bourbonnaises qualifiées de

« Fermes usines ». Nous ne pouvons accepter cette publication, c’est insupportable !

Derrière ces slogans et cartes, rappelons que ce n’est pas des holdings impersonnelles mais bien des hommes et des femmes qui sont pointés du doigt et stigmatisés alors qu’ils respectent les normes européennes et françaises. Cela nous ramène étrangement à une époque où la délation était une pratique courante. Cela n’est pas acceptable ! Les exploitations de l’Allier sont diversifiées, ce qui contribue au dynamisme économique du territoire et façonne le paysage, ne l’oublions pas !

Nous appelons d’urgence le Gouvernement à condamner avec fermeté cette forme de délation et à apporter une réponse juridique face à ces méthodes.

En plus de ces dossiers, nos agriculteurs attendent toujours des réponses sur les EGA, le TODE ! Nos demandes restent inchangées :

• Suppression de la hausse de la Redevance pour Pollution Diffuse dans le projet de loi de finances pour 2019,

• Réouverture immédiate des

discussions sur le projet d’ordonnance relative à la séparation du conseil et de la vente des produits phytosanitaires,

• Suppression des CEPP,

• Réécriture du projet d’ordon-nance sur les prix abusivement bas afin qu’un juge puisse condamner des prix payés aux producteurs déconnectés de toute réalité économique,

• Compensation intégrale de la perte du TODE + CICE, conformément à l’engagement du Gouvernement,

• Inscription d’une part réel-lement ambitieuse des énergies renouvelables agricoles et du gaz vert dans la programmation pluriannuelle de l’énergie.

Ceci est un cri d’alerte ! Sachez que si des mesures concrètes ne voient pas le jour rapidement, les gilets jaunes laisseront la place à nos couleurs syndicales pour montrer notre colère noire !

Comptant sur votre compré-hension et votre action pour le sauvetage de nos exploitations de l’Allier.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui