L'Allier Agricole 31 octobre 2014 à 08h00 | Par FNSEA

« Mobilisons-nous pour dire que tout cela suffit »

APPEL À MOBILISATION - La FNSEA03 et les JA03 manifesteront le 5 novembre à Moulins répondant à l'appel de la FNSEA et des JA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FNSEA03

La FNSEA03 et les JA03 se mobilisent le 5 novembre prochain pour défendre huit points sur lesquels les organisations comptent bien obtenir gain de cause :


Abandon de l'extension des zones vulnérables

L'extension des zones vulnérables à presque tout le département est une hérésie technique, économique et politique. Après que 17 communes aient été déclassées en 2012, c'est plus
de 130 nouvelles communes qui seront classées dans ce zonage. La forêt de Tronçais en fait même partie alors qu'aucune activité humaine ne participe à ce que les normes ne soient pas
conformes. C'est donc un problème de normes abjectes qui partout dans le département va contraindre les agriculteurs, et principalement les éleveurs, à revoir la mise aux normes des
bâtiments d'élevage à peine terminée. D'ailleurs, l'administration anticipe puisque tous les agriculteurs ont déjà reçu les formulaires de déclaration des bâtiments dans ces nouvelles
zones. Mais ce sera aussi des contraintes de tous les jours sur l'épandage des effluents, des engrais ou différentes pratiques agricoles à proximité des cours d'eau que l'Onéma ne manquera
pas de sanctionner en cas de non respect des distances ou des périodes. Tout ceci n'est pas irrévocable puisque l'administration lance une période de consultation et le tribunal administratif a déjà annulé ailleurs en France des arrêtés de zonage. Il est donc encore temps de se faire entendre et de refuser ce nouveau zonage qui n'a aucune raison technique, il n'a qu'une raison politique aux yeux de Bruxelles et donc, la politique, c'est fait pour changer les choses.


Non au blocage des installations au 1er janvier 2015

Le transfert des procédures et du financement de la politique d'installation à la Région met un désordre considérable dont le risque est de voir un blocage des installations au 1er janvier 2015 puisque les modalités ne sont pas encore arrêtées à ce jour. Dans un département où tout est fait pour favoriser l'installation, il est inacceptable que l'administration, quelle qu'elle soit, enraye la mécanique, il faut donc mettre en place des procédures d'urgence surtout lorsqu'installation rime très souvent avec l'arrêt pas toujours volontaire du cédant.


Manger français

Le département, toutes viandes confondues, produit 40 000 tonnes par an, près de 55 millions
de litres de lait et 700 000 tonnes de céréales. Le manger français prend donc toute sa
place dans nos campagnes. Et constater de la viande d'importation dans les étals des supermarchés a quelque chose d'incompréhensible lorsqu'on connaît le coût du transport et
l'attachement de ces grandes marques à réduire l'impact carbone, d'autant plus lorsque ces
enseignes se servent de l'image des produits locaux pour faire leur promotion.
Une véritable prise de conscience doit se faire dans les centrales d'achat, mais aussi dans la restauration collective des écoles, des administrations ou des chaînes de restaurant. Il faut donc convaincre les consommateurs, mais aussi ceux qui proposent la marchandise afin que le premier ait le choix. Tous les agriculteurs du département se retrouvent derrière cette revendication, qu'ils soient producteurs de viande, de lait, de vin, de légumes ou de céréales pour défendre un attachement à la consommation locale.


Une année blanche en matière de contrôles sur le verdissement

La FNSEA03 et les JA03 demandent plus qu'ailleurs en France une année blanche sur les contrôles de verdissement, traumatisés par les modifications qui ont eu lieu cet automne par l'administration sur les déclarations RPG mettant en cause les déclarations PAC dont les « erreurs » portaient toujours sur les éléments environnementaux des exploitations. De plus, le zèle de la police de l'eau et de l'environnement auprès d'agriculteurs travaillant en toute bonne foi sur leurs fossés et qui a causé la convocation au tribunal du président de la FNSEA03 ne peut qu'accentuer cette exigence des agriculteurs à un retour au calme sur ce sujet.


Abandon du compte pénébilité en agriculture

Le compte pénibilité s'il était appliqué en agriculture ne permettrait plus l'embauche de salariés. Pire, il provoquerait le non renouvellement de ceux qui partent en retraite par le simple fait qu'aucun des 800 employeurs du département n'a la possibilité administrative de suivre et mettre à jour ce compte s'il devait être appliqué, renchérissant considérablement le coût du travail.


Réparation de l'embargo russe

L'embargo russe a des conséquences sur l'agriculture nationale et par répercussion sur l'agriculture départementale, car même si peu de produits sont concernés directement par cette mesure localement, elle empêche indirectement l'écoulement des produits locaux. Et que la commission de Bruxelles veuille puiser dans les aides PAC 2015 pour compenser les pertes des agriculteurs subissant les méfaits de cet embargo est révoltant. Ainsi, la politique étrangère de l'Europe serait payée principalement par les agriculteurs sur leur budget !


Abandon de toute forme d'écotaxe routière

Enfin si les agriculteurs ont fait reculer le gouvernement sur l'écotaxe, aidés il y a peu par les transporteurs routiers, on ne peut pas dire que tous ceux qui font du transport se soient bien mobilisés il y a un an en plein moment de la bataille. Quoi qu'il en soit aujourd'hui le gouvernement cherche à faire payer d'une autre manière le transport des marchandises et l'Allier serait durement impacté par cette nouvelle mesure sur ses axes de circulation. Que ce soit par une hausse du coût du gasoil ou des péages, in-fine ce seront encore les agriculteurs qui supporteront cette nouvelle charge et cela devient inacceptable.

 

Pour toutes ces raisons et aussi parce que le gouvernement avait promis une PAC plus juste avec
des cours des produits agricoles élevés, devant ces promesses non tenues, il est important que
tous les agriculteurs du département se mobilisent pour dire que tout cela suffit !
Une manifestation départementale aura donc lieu le 5 novembre avec pour point final un rassemblement devant la préfecture à 13h.
Les présidents cantonaux de la FNSEA03 et des JA03 ont pour mission d'organiser localement
le déroulement de cette journée, tous doivent donc prendre contact avec eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'actualité en bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui