L'Allier Agricole 04 juillet 2018 à 12h00 | Par Marine RATINIER

Pour une meilleure qualité de reproduction

À l’approche de la Foire aux béliers de Neuvy, rencontre avec Emmanuel Brechignac, acheteur de béliers inscrits installé à Marigny.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

À 31 ans, Emmanuel est un jeune agriculteur installé depuis janvier 2012. Son exploitation est constituée de 182 hectares de SAU : 110 hectares en cultures (orges, colza, tournesol, blé) et 70 hectares en herbe consacrés à une troupe de 300 brebis.

Pourquoi allez-vous participer à la Foire aux béliers ?

Emmanuel Brechignac : Je cherche à acquérir des béliers inscrits c’est à dire des béliers de pure race pour la reproduction, pour garder un bon troupeau, avec une bonne valeur génétique. J’ai actuellement un troupeau de 300 brebis et 14 béliers (des Texels, des Iles-de-France, et des charollais) que je fais reproduire pour pouvoir revendre les agneaux (de 3 à 6 mois) aux abattoirs.

Pourquoi allez-vous sur la Foire de Neuvy ? Et allez-vous sur d’autres foires ?

E.B : Je vais à la Foire de Neuvy pour trouver des béliers qui répondent à mes attentes et c’est à 8 km de chez moi. Il m’arrive d’aller à celle de Decize mais pas tous les ans. J’achète seulement trois béliers par an, et cette année, j’ai acheté un bélier chez un éleveur, en direct.

Quelles sont vos attentes concernant les critères de sélection ?

E.B : Lorsque j’achète des béliers, je regarde les indices de plusieurs critères :

- son GMQ : le gain moyen quotidien en g/jour, c’est l’indice de croissance de l’animal,

- son mode de naissance (simple, double, triple),

- sa valeur laitière en g/jour,

- sa prolificité, c’est à dire le nombre d’agneau par mise-bas,

Un facteur important est l’hérédité : on regarde également les mêmes critères chez les parents du bélier. C’est un gage de qualité concernant la reproduction.

Je regarde également, le génotypage qui informe sur la maladie « la tremblante » que peuvent avoir les béliers.

Pour avoir un bon troupeau de qualité et qu’il soit productif, il faut que ces indices soient élévés.

Par contre, je n’achète pas au même éleveur pour éviter la consanguinité.

Avez-vous un budget pour ce week-end ?

E.B : Je pense acheter deux béliers inscrits à Neuvy et mon budget est de 900 / 1 000 euros pour les deux. Un bon bélier inscrit coûte 500 euros.

Quel est la finalité de votre sélection ?

E.B : Je veux conserver une valeur génétique. Je veux produire des agneaux de qualité et les revendre. Chaque année, environ 350 agneaux naissent sur l’exploitation. J’ai rejoins la filière qualité pour mes agneaux : le Label Tendre agneau et le Label rouge.

Foire aux béliers

Le samedi 7 juillet prochain, à Neuvy.

Organisée par le Sema et la Chambre d’agriculture de l’Allier, la traditionnelle foire aux béliers inscrits aura lieu le samedi 7 juillet prochain, à Neuvy, toute la matinée sur l’esplanade de la salle des fêtes.
Au programme : démonstration de tonte ; exposition de quads et de matériels pour quad ; exposition de matériels ovin ; démonstration de travail avec chiens de troupeaux ; et buffet, buvette et dégustation des brochettes d’agneaux en fin de matinée (fournies par Sicaba et financées par l’ensemble des OP  : OBL, Cialyn, Copagno, Gapac et Sicaba).

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui