L'Allier Agricole 21 janvier 2014 à 08h00 | Par M.Renaud

Réunion maïs - Des rendements au rendez-vous malgré tout

Mauvais temps, retard de développement, conditions humides de récolte, hausse des charges, baisse des prix, chrysomèle … L’année 2013 n’a pas été de tout repos pour les maïsiculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Louis Laurent, président du Syndicat des agriculteurs irriguants du Val d’Allier Bourbonnais (Saivab) et membre de l’AGPM, Chloé Malaval-Juéry, ingénieur chez Arvalis-Institut du végétal et Alix d’Armaillé, responsable environnement AGPM (Association générale des producteurs de maïs) /Orama.
Jean-Louis Laurent, président du Syndicat des agriculteurs irriguants du Val d’Allier Bourbonnais (Saivab) et membre de l’AGPM, Chloé Malaval-Juéry, ingénieur chez Arvalis-Institut du végétal et Alix d’Armaillé, responsable environnement AGPM (Association générale des producteurs de maïs) /Orama. - © AA

Parler de 2013 comme d’une année atypique pour le maïs relève de l’euphémisme, tant l’année s’est montrée agitée pour la plante et ceux qui la produisent. Tour d’horizon de la réunion maïs, organisée par la Chambre d’agriculture, qui se déroulait à Bessay-sur-Allier, jeudi 16 janvier dernier.

Campagne 2013 : plus de peur que de mal

De début avril à début mai pour le maïs grain et jusqu’à fin mai pour le maïs fourrage, la plage de semis était, cette année, très étendue. Les levées ont été particulièrement lentes et les conditions climatiques n’ont pas favorisé le développement de la plante.

Pyrale : une pression importante

L’année 2013 a été une année propice à la pyrale, avec un pic de vol observé plus tardivement que les autres années (entre le 17 et le 22 juillet). Dans l’Allier, deux secteurs  ont été particulièrement touchés: la Forterre et le Nord bocage.


Chrysomèle du maïs : apprendre à vivre avec

Avec sa tête noire et ses antennes filiformes, presque aussi longues que le corps, la chrysomèle du maïs est devenue, en quelques semaines, l’ennemi public numéro un. C’est avec des pincettes qu’Alix d’Armaillé, responsable environnement AGPM (Association générale des producteurs de maïs) /Orama, aborde le dossier de la chrysomèle. « C’est un dossier que nous connaissons bien, commente-t-elle et que l’on prend à bras le corps. Mais sachez que l’année 2014 sera source de grosses évolutions sur la gestion de crise. Au niveau communautaire, le dossier était en stand-by depuis pas mal de temps et depuis novembre 2013, les discussions se sont accélérées pour aboutir à une volonté de déréglementation de l’insecte et parvenir à l’abrogation du statut de mise en quarantaine.

 

♦ Retrouvez l'intégralité de cet article dans l'Allier agricole n°943, daté du jaudi 23 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui