L'Allier Agricole 16 juin 2022 a 07h00 | Par Elvanovia

SAS Connexyon: Un outil commun pour affronter le futur !

Pour leur soirée du personnel, Elvanovia et Cecna avaient choisi Curgy comme lieu de rendez-vous. L’occasion de présenter la SAS Connexyon, structure créée par les deux coopératives pour affronter les défis de demain.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Une partie des 177 salariés d’Elvanovia et de Cecna réunis à Curgy le 20 mai dernier en présence d’administrateurs et des présidents.
Une partie des 177 salariés d’Elvanovia et de Cecna réunis à Curgy le 20 mai dernier en présence d’administrateurs et des présidents. - © Elvanovia

Le 20 mai dernier, salariés et administrateurs du groupe Connexyon étaient invités à se retrouver à Curgy. Créé il y a deux ans par les coopératives Elvanovia et Cecna, cette structure totalise 177 salariés sur une zone couvrant quatorze départements. L’idée avait germé dès 2017 entre les présidents d’Elvanovia et de Cecna, remémore Vincent Lechenault, président de Connexyon et éleveur dans l’Yonne. Le « renversement de conjoncture en 2019 » a fait se concrétiser le projet. Tandis qu’une restructuration de fond était nécessaire pour les deux coopératives, la SAS Connexyon était créée, fruit du rapprochement entre les deux entités voisines. Cette stratégie de « consolidation » a porté ses fruits puisque le retour à l’équilibre a été de mise pour les deux coopératives – « et même plus qu’à l’équilibre ! », se félicitait Vincent Lechenault. Une « résilience hors norme », commentait même le président qui, devant les collaborateurs du groupe, concluait par cet hommage : « rien n’est possible sans les hommes et les femmes qui y travaillent ».

En créant Connexyon, Elvanovia et Cecna ont décidé de « s’adapter à la décroissance qui sévit dans l’élevage », commentait pour sa part Pascal Beets, ancien président de Cecna. Elles se sont dotées « d’un outil qui leur permet aujourd’hui d’acquérir des compétences que nous n’aurions pas pu avoir auparavant », poursuivait-il.

89 inséminateurs et plus 4 millions de km par an !

Le groupe Connexyon représente un chiffre d’affaires de 26 millions d’euros. Ses coopératives et leurs services desservent environ 4 500 éleveurs du Massif Central à la Bourgogne jusqu’à l’Aube, le Loiret, la Sologne. Sur cette vaste zone, ce sont 89 inséminateurs qui parcourent plus de 4 millions de kilomètres par an ! Avec 234 000 inséminations artificielles totales (IAT), le groupe se place au sixième rang national en termes de mise en place. En comptant les traitements de synchronisation des chaleurs, les constats de gestation, les contrats de suivi de reproduction, le groupe réalise près de 300 000 actes pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros.

À l’échelle du groupe, cinq techniciens de race participent à la procréation et au choix des taureaux en race charolaise, montbéliarde, prim’holstein, simmental, brune, limousine, abondance, tarentaise… Fonctionnant à 100 % de ses capacités, la taurellerie de Fontaines produit 1,4 million de doses par an fournies par une centaine de taureaux de quatorze races différentes. À cela s’ajoute la récolte en ferme d’un millier de taureaux privés ainsi que toute la logistique d’expédition des semences congelées. La SAS Connexyon compte aussi une unité de production de semences de porcs. 95 000 doses de semences fraîches sont ainsi produites par an à partir d’une soixantaine de verrats. Une production suivant un cahier des charges des plus stricts.

Minéraux, diététique, monitoring, sanitaire…

Si l’insémination artificielle et la production de semence demeurent le cœur de métier, les coopératives se sont diversifiées à travers des filiales innovantes. C’est le cas de Geneform, créée dès 1989 dans le Puy-de-Dôme par Génésia. Réalisant un chiffre d’affaires de 4,6 millions d’euros, elle fournit des minéraux, aliments diététiques, équipements pour bâtiments, monitoring, etc. L’activité de Geneform est aujourd’hui en cours de consolidation sur la zone Elvanovia. Elle va bientôt s’étendre au territoire de Cecna. Connexyon compte une autre filiale d’origine auvergnate spécialisée dans la dératisation, la désinsectisation, la désinfection. Cette activité a la particularité de s’adresser à une clientèle hors agricole (artisans, particuliers, hôpitaux…).

Une filiale dédiée à la R & D

Au rang des filiales, il faut citer Elexinn, une structure dédiée à la recherche et au développement (R et D) qui a vu le jour en 2012 à Migennes (89) sous l’impulsion de la Cecna et qui compte aussi comme actionnaire XRrepro, autre coop d’IA du sud-est de la France. Le credo d’Elixinn est « d’imaginer le nouveau matériel et les services de demain ». XtremIA, la nouvelle technologie d’insémination profonde en est un exemple.

Connexyon est également impliquée dans l’entreprise bretonne France Azote qui assure la fourniture en azote liquide de plus de 3 000 clients dans 52 départements pour un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euros.

Anticiper les futurs besoins des éleveurs

La diversification entamée de longue date par les coopératives à l’origine de Connexyon est aujourd’hui un atout pour le groupe. Consolidation du chiffre d’affaires, recherche et développement, ouverture à d’autres clientèles, optimisation des outils existants… : la stratégie paie et elle permettra « demain de répondre aux besoins de nos coopératives ; trouver de nouvelles idées pour les futurs besoins de nos éleveurs », estimait Laurent Ferrier, président d’Elvanovia. Car pour ce dernier, il faut « être en phase avec la demande de demain ; s’adapter aux nouveaux marchés ; savoir s’ouvrir, quitte à être parfois plus exotique… ». Cela suppose d’oser à nouveau investir, estimait-il. Investissement humain également, plaidait-il à l’adresse des collaborateurs du groupe. Le président d’Elvanovia défendait par ailleurs l’ancrage régional, encourageant à se ré-approprier certains services laissés au national. Il appelait aussi de ses vœux à travailler en synergie avec d’autres acteurs de l’élevage.

Pour parachever la création de Connexyon, une nouvelle communication a été dévoilée. « Des savoir-faire connectés pour booster votre élevage » : telle est la nouvelle devise du groupe qui se dote aussi d’un nouveau site Internet.

Et une station d’évaluation UCC sur le site de Charmoy (89)…

Implanté sur les sites de Fontaines (71), Migennes (89) et Marmilhat (63), le groupe Connexyon est également propriétaire de la ferme de Charmoy dans l’Yonne. Il s’agit d’une exploitation céréalière et betteravière de 209 ha. Le site abrite en outre une verraterie, mais aussi une station d’évaluation charolaise de l’Union Charolais Croissance (UCC). Créé il y a 30 ans sous la direction de Cialyn et Cecna, le programme UCC est depuis 2008 relocalisé à Charmoy et il a pour vocation « de démocratiser par la voie de la monte naturelle le travail génétique issu de la filière insémination ».

Chaque année, sont ainsi évalués des jeunes mâles charolais en vue d’une vente aux enchères en hiver. La saison passée, 218 futurs reproducteurs ont ainsi été vendus au sein du programme UCC au prix moyen de 3 343 €. Hors période d’évaluation charolaise, le bâtiment de Charmoy est occupé par un haras.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous