L'Allier Agricole 31 janvier 2021 a 06h00 | Par L'ALLIER AGRICOLE

Sologne bourbonnaise : rencontre avec Flavian Meunier, jeune agriculteur

Suite à l’annulation du forum de l’installation qui devait se tenir en fin d’année, les Jeunes Agriculteurs de l’Allier se sont adaptés en organisant des interventions en établissements scolaires et des visites d’exploitations chez de jeunes installés.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA03

La crise sanitaire a rendu impossible la tenue de manifestations et tout rassemblement. Chaque année, les Jeunes Agriculteurs se mobilisent pour permettre aux jeunes désirant s’installer ou travailler dans le secteur agricole. Rendez-vous annulé face auquel il a fallu s’adapter.

L’équipe a donc décidé de proposer à ces jeunes de rencontrer quelques-uns d’entre eux qui se sont installés ces dernières années. Des interventions qui se déroulent au sein des établissements scolaires agricoles tels que les lycées et les MFR.

Mardi dernier, des étudiants, apprentis et stagiaires, du lycée du Bourbonnais, se sont rendus chez Flavian Meunier, installé sur la commune d’Yzeure.

Une installation hors cadre familial

Âgé de 27 ans, Flavian a trouvé sa voie depuis le plus jeune âge : « Je passais beaucoup de temps chez mes grands-parents qui habitent en pleine campagne, à Yzeure. En face, il y avait une ferme de poly-élevage et j’y passais tout mon temps libre. C’est en observant que je me suis donné pour objectif de devenir agriculteur ». Une conviction qui l’a conduit à obtenir un CAP en 2011 et un BPREA en 2013 dans le même lycée que ces jeunes. Après une période d’apprentissage entre 2013 et 2015, au sein d’un groupement d’employeurs sur la commune de Lusigny, ces derniers décident de l’embaucher.  En parallèle, Flavian élevait quelques brebis sur des parcelles appartenant à ses grands-parents. Pour compléter son troupeau, il se lança à la recherche d’un bélier. Une bête qu’il finira par trouver à seulement quelques kilomètres de chez lui, au domaine de L’étang de la Dame, à Yzeure. En discutant avec l’éleveur, il apprend que celui-ci allait bientôt partir à la retraite et que son exploitation serait libre. Pour Flavian, c’est le déclic et il décide de tout faire pour reprendre cette exploitation : « Le rêve pouvait enfin se réaliser ! Je ne pensais qu’à cela et je me suis dit qu’il fallait que je mette toutes les chances de mon côté. »

Un partage entre salariat

et exploitation

Flavian Meunier démarre son parcours à l’installation en septembre 2014 en demandant les chiffres technico-économiques et la comptabilité de l’exploitation à reprendre. Plan 3P, formations de la Chambre d’agriculture, stage de 21 heures, il réalise l’ensemble de ces étapes avant la fin de l’année. Au premier janvier 2015, Flavian est prêt à s’installer ! Il décide alors d’effectuer un stage au GAEC Clément Durin, à Beaune-d’Allier en attendant l’accord bancaire qui arrivera au 1er août suivant. La dernière étape, c’est le feu vert en CDOA* en septembre 2015 et une reprise officielle du domaine de L’étang de la Dame le 11 novembre. Un soulagement pour Flavian Meunier : « Je n’ai repris que les deux tiers de l’exploitation en fermage et j’ai conservé mon activité de salarié agricole à hauteur de 60 % de mon temps de travail. Travailler à l’extérieur me permet de maintenir du lien social et de m’ouvrir sur d’autres choses. Le travail, dans ce groupement agricole, se réalise sur deux exploitations céréalières proches, situées sur les communes limitrophes de Lusigny et de Chézy. Les tâches sont différentes de celles que je pratique sur mon exploitation et se concentrent principalement au printemps et pendant les mois d’été et d’automne ».

L’étang de la Dame s’étend sur une SAU de 55 hectares de prairies sur lesquelles pâturent 250 brebis de race Charollaise et Texel. Un choix que défend Flavian : « les brebis charollaises ont des mises bas plus précoces, dès janvier et leur commercialisation  est assez rapide. Les Texel sont, elles, plus dociles et présentent une bonne conformation des carcasses et un bon démarrage à l’herbe au printemps. »

Développer la vente directe

Flavian commercialise ses animaux par le biais d’un groupement d’éleveurs et développe également la vente de caissettes d’agneau auprès des particuliers après abattage et transformation par la société Sicaba : « J’ai choisi de me diriger vers ce nouveau type de commercialisation dès mon installation car il valorise mieux mon travail et permet aussi de créer du lien avec ma clientèle, principalement locale. Un aspect essentiel économiquement qui valorise notre travail. »

Aujourd’hui, Flavian a décidé de réduire un peu le temps de travail qu’il passe au sein du groupement d’employeurs pour se consacrer à son exploitation : « la période de mise bas se déroule principalement au printemps. Elle demande une surveillance constante. À cela s’ajoutent les interventions liées au parasitisme, à la gestion du pâturage et à l’agnelage. Désormais mon temps de travail s’équilibre pour moitié entre le groupement d’employeurs et mon exploitation ».  Le jeune agriculteur dispose de deux tunnels de 480 m2 et de 300 m2. En 2020, il en a ajouté un troisième de 255 m2. Il s’est vu proposer d’autres parcelles pour y installer son troupeau sur des terrains communaux d’Yzeure et de Chézy. Des surfaces de 11 et de 15 hectares à seulement quelques kilomètres de son domaine qui augmentent sa surface d’élevage.

S’investir pour les générations futures et promouvoir l’agriculture

Flavian est aussi engagé dans la vie syndicale de la profession, au sein des Jeunes Agricutleurs de l’Allier, dont il est secrétaire adjoint et aussi le représentant au sein de la CDOA.

Son avenir, il le voit de manière sereine : « Dans l’idéal, je souhaiterais encore diminuer la partie salariale et augmenter légèrement mon cheptel pour atteindre trois cents brebis. Je recherche de nouvelles débouchées commerciales et souhaite développer encore la vente directe. » Pour y parvenir, Flavian prépare déjà ses perspectives en utilisant au mieux les supports numériques, en disposant quelques flyers dans des endroits stratégiques et démarche les enseignes locales qui souhaitent développer leurs rayons de produits frais. »

Recevoir des jeunes qui ont le même objectif ravit Flavian  Meunier : « ils sont véritablement confrontés aux réalités du métier. C’est un contact, trop court bien sûr, avec des agriculteurs qui ont réussi leurs installations et qui les motivent à poursuivre leurs parcours. Pour ma part, mon expérience leur prouve qu’on peut aujourd’hui choisir l’agriculture comme perspective d’avenir même si nous ne sommes pas issus d’une famille exerçant dans ce secteur ». L’installation, hors cadre familial, concerne effectivement la majorité des installations dans un département comme l’Allier.

Miser sur la diversification

Flavian qui a tout de même mis en garde les jeunes en leur conseillant de bien réfléchir à leur projet, en restant mesuré : « l’agrandissement n’est pas forcément une finalité. L’agriculture évolue et continuera à le faire. Il faut désormais plutôt penser à se diversifier et à augmenter les performances de l’exploitation existante ».

L’expérience et l’échange avec les plus jeunes mais aussi avec le grand public, devraient se poursuivre en mai prochain, si la situation sanitaire s’améliore, à travers une journée à la ferme qui devrait, elle aussi, se dérouler à l’étang de la Dame. Au programme : un marché de producteurs locaux et une dégustation de burger bourbonnais.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,