L'Allier Agricole 27 juillet 2022 a 07h00 | Par Sophie Chatenet

Sommet de l’Élevage : la charolaise au Zénith

Du 4 au 7 octobre prochains, la race à la robe immaculée investira le Zénith d’Auvergne début octobre, promettant aux visiteurs du 31e du Sommet de l’Elevage, un spectacle haut en couleur et aux acheteurs, une vitrine d’exception.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le concours national charolais sera organisé au Zénith.
Le concours national charolais sera organisé au Zénith. - © AA63

À l’est du Puy-de-Dôme, à seulement quelques kilomètres de Thiers, l’industrielle, des près, entrecoupés de haies, se succèdent. Des montbéliardes, des prim’holstein…y paissent à l’ombre des chênes, des acacias…à peine perturbées dans leur rumination, par le ballet des voitures, qui se fait plus dense en ce début de vacances. Plus loin, un couple de charolais suivi de près par sa progéniture se fait une place à l’ombre. De l’ombre à la lumière, il n’y a qu’un pas, que ces animaux ne vont pas tarder à franchir en participant au concours national charolais, à Cournon, du 4 au 7 octobre prochains. Fidèles des concours, Romain et Damien Chauffour, installés sur deux sites à Crevant-Laveine et Escoutoux, seront au rendez-vous du Sommet de l’Élevage. Un temps fort qu’ils préparent avec assiduité. Biberonné à la charolaise sur l’exploitation familiale, Romain a effectué plusieurs stages chez un éleveur de l’Allier, et du Puy-de-Dôme. Son maître de stage de l’époque, n’était autre que Sébastien Cluzel, l’actuel président du Herd-Book de la race. Avec un cheptel d’1,3 million de vaches, le plus gros des effectifs en termes de bovins allaitants et de vaches de réforme, la charolaise est la première race à viande en France et en Europe. Avec le programme  « Bien naître », le Herd Book entend la positionner comme « la » race des grands troupeaux qui vêle facilement.

« Bien naître »

« Le Concours National Adulte Charolais sera présenté en incluant la catégorie Veaux d’Automne, permettant de présenter la nouvelle segmentation des catégories veaux mâles mises en place en 2021 dans le cadre de la modernisation des concours. Destinée à faciliter la lecture des catégories d’animaux présentés, elle met désormais plus en lumière les qualités maternelles et aptitudes au vêlage au travers de la catégorie Sélection Bien Naître. Les mâles présentés dans cette catégorie disposent des qualités recherchées par un grand nombre de professionnels pour une sélection plus marquée autour de ces critères », détaille Sébastien Cluzel. Éleveurs dans la Nièvre, Mickael Roube et son associé Dimitri Fayet ont commencé à travailler les qualités inhérentes au « Bien Naitre » il y a 14 ans. Aujourd’hui, ils y trouvent un intérêt certain : « Sur l’aspect commercial en tant que vendeurs de taureaux, nous constations il y a 10 ans que seulement un acheteur sur dix intégrait ces aptitudes de naissance et vêlage dans ses critères d’achat. Aujourd’hui le phénomène s’est inversé, 90% des acheteurs nous en font spécifiquement la demande. Ils veulent que les vêlages se passent bien et nous nous devons de ne pas les décevoir ».

Quatre jours au top

Réparti en quatre demi-journées, le concours proposera aux visiteurs une vitrine exceptionnelle de la diversité de la race avec des animaux en provenance d’élevages de la France entière. Cette diversité de la charolaise s’exprimera au gré de ces présentations qui mettront en lumière des animaux adaptés à différents territoires, environnements et types de produits mis en marché ; parce que ces productions et contextes d’élevages divers nécessitent de pouvoir s’appuyer sur des caractéristiques génétiques particulières. 400 animaux seront au total en compétition pour un évènement, le troisième du genre organisé dans l’écrin prestigieux du Zénith, qui s’annonce d’ores et déjà de haute volée.

Romain est installé avec son frère Damien de deux ans son cadet sur la commune d’Escoutoux. Ils travaillent de concert avec leur parent installé à Crevant-Laveine.
Romain est installé avec son frère Damien de deux ans son cadet sur la commune d’Escoutoux. Ils travaillent de concert avec leur parent installé à Crevant-Laveine. - © AA63
Sébastien Cluzel, président du Herd-Book charolais : 
« Nos prairies représentent aujourd’hui 1/5 du territoire français et la race Charolaise est aujourd’hui la 1ère race en entretien de ces espaces ! La Charolaise utilise et pérennise des espaces qui, par le carbone qu’ils stockent, contribuent à réduire les effets du changement climatique ».
Sébastien Cluzel, président du Herd-Book charolais : « Nos prairies représentent aujourd’hui 1/5 du territoire français et la race Charolaise est aujourd’hui la 1ère race en entretien de ces espaces ! La Charolaise utilise et pérennise des espaces qui, par le carbone qu’ils stockent, contribuent à réduire les effets du changement climatique ». - © AA63

Demandez le programme !

La confrontation des meilleurs animaux de la race charolaise se déclinera au travers de plusieurs temps forts :

Le mardi 4 et mercredi 5 octobre 2022 : jugement des sections adultes mâles et femelles et veaux d’automne.

Le jeudi 6 octobre 2022 : jugement des prix d’ensemble et prix de Championnat mâles et femelles.

Vendredi 7 octobre 2022 : jugement des prix de synthèse, Prix de l’Ajec Mâles et femelles et clôture de la journée par le défilé des animaux lauréats.

Pastoralisme et pâturage : créer une vague depuis Clermont en 2026

Le Sommet de l’élevage ambitionne de devenir l’évènement mondial de référence de l’élevage durable. Une durabilité qui englobe bien des objectifs de nature économique, social, environnemental…et culturel, comme l’estime Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet de l’Élevage : « par leurs pratiques, les éleveurs sont les gardiens d’une forme de culture ancestrale, qui façonnent les paysages, les modes de vie, le tourisme ». Et de préciser que le Sommet entend rejoindre la candidature de Clermont-Massif central, capitale européenne de la culture 2028. Dès l’édition 2022, une exposition photos en forme de traversée des paysages qui bordent l’A89 sera visible dans les coursives du Sommet. Enfin, à l’horizon 2026, dans le cadre de l’année internationale du pastoralisme et des pâturages, décrétée par l’assemblée générale de l’ONU, le Sommet compte solliciter la FAO, la branche alimentaire de l’ONU, pour accueillir un temps fort autour de cette thématique. « Une fondation mondiale dédiée au pastoralisme et aux pâturages pourrait être lancée au Sommet. Au cœur de la plus grande prairie d’Europe cela aurait du sens », explique Fabrice Berthon. Et de s’imaginer déjà, transformer l’essai de la grande moisson sur les Champs-Elysées de 1990, en enherbant entièrement la Place de Jaude, pour en faire trente-six ans plus tard, une grande prairie…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,