L'Allier Agricole 22 mai 2019 à 12h00 | Par L'ALLIER AGRICOLE

Travailler avec l’ensemble des acteurs de la biodiversité

Le conservatoire d’espaces naturels de l’Allier a présenté l’ensemble des actions que ses équipes mènent en faveur de la richesse de nos campagnes auxquelles sont associés de nombreux acteurs des territoires ruraux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une journée agrémentée d’une sortie découverte aux abords des étangs de la commune de Saint-Voir.
Une journée agrémentée d’une sortie découverte aux abords des étangs de la commune de Saint-Voir. - © AA

C’est au cœur de la Sologne bourbonnaise et du Val de Besbre, sur le territoire de la petite commune de Thionne, que les adhérents et partenaires du conservatoire d’espaces naturels de l’Allier se sont donnés rendez-vous pour échanger ensemble autour des études et actions menées pour la quinzaine de salariés que compte l’association. Des travaux auxquels contribuent également la Chambre d’agriculture via l’association Symbiose, la Fédération des chasseurs de l’Allier et les élus des collectivités (communes, communautés de communes, département et région). À noter que plus d’une centaine de communes du département sont partenaires du CEN de l’Allier qu’elles concrétisent par un soutien financier et/ou un accord foncier sur un site.

Un contexte mondial et national d’érosion de la biodiversité et de changements climatiques

Bernard Devoucoux, président du CEN de l’Allier insiste sur le fait que travailler ensemble pour l’avenir des territoires ruraux est essentiel : « On assiste actuellement à une très forte baisse du nombre d’espèces vivantes sur notre planète. Une diminution essentiellement due aux activités humaines qui influencent les milieux dans lesquelles ces animaux et ces végétaux évoluent. Des transformations qui contribuent à faire émerger des espèces invasives au détriment des espèces endémiques. Le CEN étudie et participe à mettre en place des systèmes en faveur de la biodiversité. Des projets participatifs auquels nous tenons à associer tous ceux qui vivent et travaillent sur les territoires concernés. C’est essentiel si nous voulons que notre action soit efficace ».

De multiples projets engagés par le CEN de l’Allier soutenus par des financements publics mais de plus en plus complexes à mobiliser.

Emmanuel Ferrand, conseiller régional, souhaite que ces fonds européens, gérés par la région Auvergne-Rhône-Alpes soient intégralement utilisés pour soutenir des actions en faveur de nos campagnes où l’activité agricole est un acteur majeur : « Les agriculteurs sont incontournables. Ils participent au quotidien à l’entretien de la nature. J’insiste aussi sur le fait que l’expansion des villes est de plus en plus forte. Un phénomène qui favorise l’imperméabilisation des sols. Je le remarque personnellement lors de mes nombreux déplacements sur la région lyonnaise. Il est urgent de prendre des mesures pour limiter, encadrer cette minéralisation de nos territoires. En ce qui concerne les fonds européens, on hérite d’une situation compliquée. Nous avons jusqu’en 2021 pour engager des projets et je vous assure que pas un euros ne repartira à l’Europe. Nous avons à disposition des techniciens présents dans chaque département pour conseiller, aider les porteurs de projets afin de constituer ces dossiers d’aides. Il ne faut pas hésiter à les rencontrer. L’Europe est essentielle dans des projets comme ceux-ci. La France doit cependant être force de proposition à Bruxelles pour obtenir, à l’avenir, les outils et les financements nécessaires pour les voir aboutir ».

 

Des projets participatifs pour impliquer et sensibiliser un plus large public avec près d’une quarantaine d’animations l’an passée.

Estelle Cournez est la directrice du CEN de l’Allier. Elle centralise l’ensemble des actions : « Près de 80 classes d’écoles primaires et de collèges sont impliqués dans des actions diverses et variées. Nous pouvons citer le déplacement de 1 664 amphibiens pour éviter qu’ils soient ecrassés sur les routes, le nettoyage des bords d’Allier et le recensement des mares. On note aussi une participation croissante des habitants, notamment à travers l’atlas de la biodiversité du bocage bourbonnais qui concerne vingt-cinq communes ».

Le conservatoire souhaite bien sûr identifier le patrimoine naturel, en comprendre l’évolution. Pour cela, il protège un réseau d’une centaine de sites naturels couvrant 800 hectares de surface. Une gestion adaptée des sites pour sauvegarder au mieux la biodiversité qui s’y développe tout en valorisant et en révélant aux bourbonnais les richesses de leur patrimoine naturel.

 

Des milieux naturels acquis, loués ou conventionnés par le conservatoire qui font suite à des partenariats avec les propriétaires et les usagers, en premier lieu les agriculteurs.

Des sites pour beaucoup situés sur des zones Natura 2000, des espaces naturels sensibles et des réserves naturelles sur lesquelles des plans d’actions en faveur des espèces menacées, des contrats territoriaux et des mesures compensatoires sont mis en place. De véritables contributions aux politiques publiques en faveur du patrimoine naturel.

Parmi les actions phares du CEN Allier, citons la cartographie des habitats naturels des gorges du Haut Cher, le plan de gestion sur le val d’Allier à hauteur du pont Régemortes à Moulins, l’étude de l’impact et du rôle des étangs en Sologne bourbonnaise ou encore la préfiguration d’un contrat territorial sur le val de Loire auvergne-bourguignon.

À signaler aussi l’élaboration d’un plan d’action quinquennal commun aux six CEN d’Auvergne-Rhône-Alpes ayant pour but de consolider la préservation et la gestion d’espaces naturels de manière concertée et partagée, proposer un service universel de la biodiversité à toutes les collectivités et aux acteurs économiques et ancrer le rôle des CEN au sein des acteurs régionaux de la biodiversité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui