L'Allier Agricole 14 juin 2017 à 08h00 | Par M.Renaud

Une vitrine de 32 000 tonnes pour l’Ucal

Le tout nouveau silo d’Ucal stockage a été inauguré vendredi 9 juin dernier. Situé à un carrefour ferroviaire et autoroutier, il affiche une capacité de manutention de 800 tonnes à l’heure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

En blé, le nouveau silo Ucal, situé à Varennes-sur-Allier, retient l’équivalent d’un mois de consommation de pain dans la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Voilà une comparaison qui parle aussi bien aux spécialistes qu’aux novices. C’est en tous les cas celle qui a été utilisée pour décrire au mieux les capacités de stockage de ces quatre cellules, lors de l’inauguration officielle, vendredi 9 juin dernier. Une date pas choisie au hasard puisque s’inscrivant dans la semaine de la coopération agricole initiée pour la troisième année par Coop de France.


- © AA

La possibilité de recevoir, stocker et expédier 60 000 tonnes de céréales par an

Ce nouveau silo, c’est le petit bijou de l’Ucal, capable de stocker 7 % de la collecte totale des trois coopératives (Val’Limagne.coop, Sica BB et Coopaca). Sa vitrine aussi, selon les mots de Pierre Desgoutte, président d’Ucal stockage : « Nous avons conçu Ucal stockage de façon à ce que des rotations de deux, voire plus, soient possibles, ce qui sur une année, nous donne une capacité de recevoir, stocker et expédier près de 60 000 tonnes de céréales. L’investissement qui a été fait est un placement pour l’avenir, pour les générations futures. C’est un investissement intelligent car le silo de Varennes-sur-Allier a été conçu pour pouvoir augmenter sa capacité dans le futur et donc, ce qui est important, sans mise de fonds supplémentaire exagérée. Ce formidable outil profite des dernières technologies, permettant d’améliorer la qualité de stockage du grain, d’avoir une traçabilité optimale, d’offrir la possibilité d’expédier par camion toute l’année 24h/24, 6/7 jours et par train grâce à l’embranchement sur la ligne ferroviaire Nîmes-Clermont-Paris. Tout cela avec une maîtrise des coûts grâce à la mutualisation des moyens. L’installation par exemple de cellules aux tailles parmi les plus importantes de France s’est traduite, grâce à leur grandes capacités, par une baisse significative des coûts de stockage ».


- © AA

Sécurité sanitaire

Pour poursuivre sur le volet technique, Yves Courrier, président du directoire, détaille l’installation : « La tour est équipée de plusieurs circuits. Deux circuits en réception de céréales à 400 tonnes par heure et deux circuits en expédition pour le chargement camion et pour le chargement train à 400 tonnes par heure (…) Au-delà de ces aspects de capacité, de manutention et d’expédition, il ne faut pas oublier les fonctions d’un silo en termes de sécurité sanitaire que sont le nettoyage et la conservation par ventilation et le refroidissement des céréales ».

« Agriculteur, c’est bien plus qu’un métier,
c’est une passion, souvent menée dans la difficulté »

Et puis, l’occasion était trop belle, devant un parterre d’officiels, pour Pierre Desgoutte de montrer son attachement au monde agricole et aux difficultés qu’il traverse : « Oui, mesdames, messieurs, le monde paysan va mal. J’aurais envie de pousser un cri de colère notamment contre les dysfonctionnements de notre administration dans sa gestion de la PAC. Il est vrai, aujourd’hui devrait être un moment magique dans la vie de l’Ucal, mais c’est justement pourquoi je dois vous faire partager notre désarroi actuel. L’agriculture française est mondialisée. Elle subit de plein fouet les événements géopolitiques qui déstabilisent le monde ces dernières années. L’effondrement ou le ralentissement de plusieurs économies mondiales comme celles de la Chine, les conflits aux Proche et au Moyen Orient ou en Afrique sub-saharienne, la baisse des prix du pétrole et du gaz mettant des pays comme l’Algérie en grave difficulté au risque d’un nouveau printemps arabe, et bien sûr le conflit en Ukraine entraînant l’embargo russe alors que ce pays représentait à lui seul 10 % de nos exportations agricoles, tous nuisent à nos débouchés et impactent durablement les prix de nos produits. Par effet boomerang, tout ce qui n’est plus exporté par les pays européens vient concurrencer directement nos marchés intérieurs (…)Notre société a le devoir d’offrir une nouvelle chance aux plus démunis d’entre nous. Il faut aider ceux qui n’en peuvent plus et encourager ceux qui, des projets plein la tête, veulent continuer. Car oui l’agriculture a un avenir. Agriculteur : c’est bien plus qu’un métier, c’est une passion, souvent menée dans la difficulté.

Synergie

Le mot de la fin pour Jérôme Vandewalle, président de l’Ucal : « L’Ucal, c’est construire et utiliser ensemble les outils qui nous permettent d’aller plus loin. Cette synergie nous a permis de devenir la première structure en Auvergne à commercialiser des céréales et à être le premier fournisseur en agrofourniture ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui