L'Allier Agricole 10 octobre 2018 à 11h00 | Par LA CHAMBRE D’AGRICULTURE DE L’ALLIER

URGENT : LA PROFESSION AGRICOLE DOIT SE MOBILISER POUR CONSOLIDER LE DOSSIER DE RECONNAISSANCE EN CALAMITÉS

Des permanences sont organisées

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA03

Rien n’étant jamais assuré, il est urgent de faire remonter un dossier complet auprès des services de ministère de l’Agriculture avec des éléments significatifs pour prouver, chiffres à l’appui, que la sécheresse a de lourdes conséquences sur les stocks fourragers. En cas d’acceptation du dossier, cela permettrait ensuite le versement d’indemnisations aux éleveurs sinistrés.

En effet, c’est depuis mi-juin, que le déficit hydrique et la chaleur excessive ont fortement stoppé la pousse de l’herbe. Même si les conditions de fin d’hiver et printanières avait conduit à une pousse peut-être plus tardive, mais rapide et significative permettant des récoltes de foin et d’ensilage satisfaisantes et un pâturage normal des animaux à cette période, la pousse de l’herbe est inexistante depuis début juillet et les stocks réalisés ont déjà été largement redistribués bien avant l’hiver. C’est pourquoi, c’est bien sur cette deuxième moitié de l’année que le déficit est concentré.

La procédure des calamités agricoles est lancée pour tout le département

La profession agricole a adressé dès début septembre un courrier à Mme la Préfète pour demander l’ouverture de la procédure. Elle a été confortée par des visites de terrain sur les communes de Tronget et Voussac le 6 septembre.

Des missions d’enquête officielles ont lieu les 9 et 11 octobre avec visites de 32 exploitations réparties sur l’ensemble du département pour lesquelles des bilans fourragers sont réalisés avec l’appui de la Chambre d’agriculture. La DDT remet ensuite un rapport très détaillé pour examen par le CNGRA (Comité national de gestion des risques en agriculture) qui validera ou non la demande de reconnaissance en calamités agricoles.

La profession agricole demande l’appui des éleveurs pour fournir des bilans fourragers afin de consolider le dossier de reconnaissance en calamités.

Des éléments reflétant la réalité des pertes sont fournis par la réalisation de bilans fourragers par exploitation sur l’ensemble de l’année. Pour cela, en plus des 32 bilans fourragers réalisés lors des missions d’enquête officielles, la Chambre d’agriculture souhaite fournir un maximum de bilans fourragers supplémentaires pour étayer le dossier calamités.

Des permanences sont ainsi organisées par les conseillers pour accueillir les éleveurs volontaires pour fournir leur bilan fourrager  le jeudi 18 octobre à la Chambre d’agriculture.

Pour préparer ce rendez-vous, il est important de venir avec les informations suivantes :

- composition de la SAU :

PN, soit herbage sans « investissement », c’est à dire très peu fertilisée, pas récolté. PT (le reste), maïs ensilage, céréales...

- surfaces récoltées et rendements en MS par mode de récolte fourrage pour 2018 ET une année « normale ».

- effectif herbivores au 01/07/2018 ET une année « normale ».

- date de lâcher par catégorie au printemps 2018 ET une année « normale ».

- date de fin de pâturage par catégorie soit les animaux enlevés des pâtures OU date depuis ou à partir de laquelle les animaux sont ou seront alimentés au pré avec ration totale pour 2018 et dates de fin de pâturage une année « normale »

- quantités de fourrages déjà apportés aux animaux en extérieur en 2018 + estimation de ce qui risque d’être distribué jusqu’à la «fin de pâturage» (indiquée ci-dessus) + apports de fourrages au pré une année « normale ».

- état des stocks issus des années antérieures.

- les frais engagés avec peu de résultat (semences fourragères pas levées, semis de cultures intermédiaires sans résultat,...) voire les achats supplémentaires de fourrages déjà réalisés ou prévus.

- les craintes pour le printemps prochain (semis de cet automne sans résultat, flore détériorée, « attaques» de sangliers cet automne,...) en ce qui concerne la pousse.

- achats inhabituels de concentrés (et aliments liquides )  pour le cheptel de souche bovins/ovins.

 


Dates de permanences

À Moulins, en prenant rendez-vous au 04 70 48 42 42

À Lapalisse, en prenant rendez-vous au 04 70 99 79 50

À Saint-Pourçain, en prenant rendez-vous au 04 70 47 54 58

À Villefranche-d’Allier, en prenant rendez-vous au 04 70 07 09 60

À Montluçon, en prenant rendez-vous au 04 70 28 92 20.

Si vous êtes intéressé, vous devez prendre rendez-vous sur ce jour de permanence en contactant votre antenne de la Chambre d’agriculture ou le siège à Moulins.


 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui