L'Allier Agricole 27 décembre 2019 à 10h00 | Par Sébastien Joly

Val’limagne.coop fête ses 10 ans !

COOPERATIVE Plus de 250 adhérents et salariés de la coopérative Val’limagne.coop se sont réunis en assemblée générale mercredi 11 décembre 2019 à la Salle Champ Feuillet de Saint-Pourçain-sur-Sioule. A l’issue de l’assemblée générale, les adhérents se sont réunis autour du gâteau anniversaire pour fêter les 10 ans de la coopérative.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Ferrand, conseiller délégué de la région Aura aux fonds européens agricoles et Maire de Saint-Pourçain sur Sioule, Patrice Bonnin, Président de la chambre d’agriculture de l’Allier, et Olivier Petiot, Directeur adjoint DDT de l’Allier, se sont succédés à la tribune pour évoquer les sujets des aides sècheresse, de l’irrigation, des déficiences de la loi Egalim… A propos des contrôles DDT, le débat s’est ouvert sur l’Agribashing, et sur la nécessaire prise en compte de l’état la détresse
Emmanuel Ferrand, conseiller délégué de la région Aura aux fonds européens agricoles et Maire de Saint-Pourçain sur Sioule, Patrice Bonnin, Président de la chambre d’agriculture de l’Allier, et Olivier Petiot, Directeur adjoint DDT de l’Allier, se sont succédés à la tribune pour évoquer les sujets des aides sècheresse, de l’irrigation, des déficiences de la loi Egalim… A propos des contrôles DDT, le débat s’est ouvert sur l’Agribashing, et sur la nécessaire prise en compte de l’état la détresse - © Ucal

Avec la sécheresse sans précédent qui s’est abattue sur le sud du département, le conseil d’administration de la coopérative a décidé la redistribution record de 86% de son résultat à ses adhérents, pour soutenir ses producteurs.

La collecte de céréales est faible, mais de bonne qualité. L’accent est mis sur les blés en filières, avec le démarrage de la production pour la marque de Barilla, Mulino Bianco. Le développement des filières de qualité reste un objectif fort. Le silo de Cognat-Lyonne, en cours de construction, bio-compatible, en assurera la réussite.

Pierre Desgoutte, Président, et Christophe Marcoux, Directeur, ont également présenté aux adhérents le nouveau directeur, Vincent Bertholier, qui prendra ses fonctions au 1er janvier.

86% du résultat de la coopérative redistribué aux adhérents

Dans son rapport moral, Pierre Desgoutte explique la décision du conseil d’administration sur la redistribution de la quasi-totalité du résultat de la coopérative :
« Après 1976 et 2003, l’année 2019 restera une des années noires de l’agriculture auvergnate ». En effet, la sécheresse, sans précédent sur le sud du département, a ruiné les productions, notamment de maïs, et la coopérative a mis en place un ensemble de mesures de soutien à ses adhérents, dont la redistribution de 86% du résultat.

Céréales : Une agriculture « pilotée »

La collecte s’établit à 170 000 tonnes. Les blés sont de bonne qualité sanitaire et technologique, et les maïs sont pénalisés par une sévère sècheresse de fin de cycle. C’est une collecte faible, qui est à mettre en perspective avec la collecte 2019 en cours. Christophe Marcoux souligne les bonnes pratiques culturales appliquées par les producteurs : C’est une agriculture « pilotée » qui permet d’accéder aux filières, telles que les blés CRC ou Barilla, et à la HVE (Haute Valeur Environnementale).

Approvisionnement agricole

Le chiffre d’affaires approvisionnement est stable. La baisse des ventes en produits de protection des plantes est compensée par l’augmentation de l’activité aliment du bétail et l’activité semence. Côté semences, les semis ont été compliqués, entrainant le re-semis de nombreuses parcelles. Côté alimentation du bétail, le déficit herbager a contraint les éleveurs à incorporer une part importante d’aliments du bétail à leur ration fourragère. Val’limagne.coop a répondu à leur besoin grâce aux aliments Atrial, mais également à la restructuration du site de Cusset, qui permet de stocker, d’aplatir et de mélanger des céréales avec des matières premières. Les agroéquipements et l’aliment seront les premiers produits accessibles lors du lancement du projet de magasin en ligne, prévu pour 2020 en partenariat avec l’Ucal.

L’approvisionnement agricole est fortement impacté par la règlementation des 3R, interdiction des Remises, Ristournes, Rabais. Christophe Marcoux ironise : « La loi Egalim vient de prouver qu’elle est en mesure de casser les centrales d’achat. Sauf qu’elle ne casse pas les bonnes ! ». AREA, centrale qui défend les intérêts des agriculteurs face aux multinationales phytosanitaires, et les coopératives, doivent s’adapter à ces nouvelles contraintes.

Les déchets pour les énergies renouvelables

Val’limagne.coop poursuit ses actions de développement durable, avec la décision d’alimenter les méthaniseurs, grâce aux déchets de céréales et d’oléagineux. Cette année, 100% des déchets sont valorisés dans les méthaniseurs de la région, qui produisent du gaz et de l’électricité.

Communiquer positivement pour partager la passion pour l’agriculture

La coopérative contribue à communiquer positivement sur l’agriculture : Le Facebook de Val’limagne.coop, les communications linkedin, les vidéos Youtube de la chaine Ucal, la journée école sur la plate-forme Loire-Auvergne-Agro… Christophe Marcoux et Pierre Desgoutte saluent des initiatives comme celles de Jean-Loup Chatard, des Agritweetos, ou de l’Agriloving, initiées par des agriculteurs du territoire de Bourgogne-Franche-Comté.

Ils invitent chaque agriculteur présent à consacrer une journée par an à faire visiter leur ferme…

S’adapter pour répondre aux enjeux de demain

Vincent Bertholier, nouveau directeur à compter du 1er janvier, présente les enjeux économiques et réglementaires pour la coopérative. Face au déficit de collecte de l’année en cours, engendrant une baisse d’activité, un plan d’équilibre a été mis en place. Chaque salarié y participe, avec des tâches liées à l’amélioration des sites.

Avec l’arrêt de l’activité de la sucrerie de Bourdon et d’une usine d’amidonnerie, les agronomes travaillent pour diversifier les itinéraires culturaux. Les conseils d’administration de l’Ucal ont validé le projet « UCAL protéines » afin d’assurer des débouchés et une valorisation locale aux colzas, aux tournesols et aux sojas de l’Allier.

La proximité reste un enjeu majeur pour Val’limagne.coop. Le projet d’ouverture d’un dépôt dans les Combrailles se concrétise à Menat (63), et le silo de Cognat-Lyonne sera opérationnel pour la collecte 2021. Ce silo pourra accueillir les différentes filières qualité, et sera biocompatible.

Une participation au-delà des attentes pour la construction du silo de Cognat-Lyonne

Pour impliquer ses adhérents et ses salariés dans son développement, Val’limagne.coop leur a proposé, début 2019, de souscrire à des parts sociales à avantages particuliers (PSAP). L’objectif de ce financement participatif était de contribuer aux grands investissements de la coopérative, en particulier au projet de silo de Cognat-Lyonne (03). A la clôture de l’opération, 85% du plafond légal de ce financement était atteint, prouvant l’attachement des adhérents et des salariés à la politique de développement de la coopérative.

Sébastien Joly (sources : Ucal).

- © Ucal

Un silo de 30 000 tonnes est en cours de construction sur la commune de Cognat-Lyonne. Composé de dix-huit cellules de stockage, il permettra d’isoler les céréales issus des nombreuses filières qualité. « Un véritable silo du futur avec une intégration dans le paysage réfléchie permettant ainsi une meilleure approche environnementale. Il sera sans insecticide de stockage et donc, biocompatible » complète Pierre Desgoutte, président de Val’Limagne.coop.

Des cellules de tailles différentes permettant ainsi de répondre à la segmentation croissante des productions agricoles qui s’explique par l’attente des consommateurs envers des produits plus sains et respectueux de l’environnement. Une nouvelle installation qui permettra une parfaite traçabilité des céréales, attendue par les meuniers, clients de Val’limagne.coop.

Un emplacement géographique qui n’est pas le fruit du hasard comme l’explique Vincent Bertholier, directeur de Val’limagne.coop : « A Cognat-Lyonne, nous sommes au cœur d’un territoire où se concentre les cultures du blé. C’est aussi un lieu idéal où ce type d’installation aura le moins d’impact sur l’environnement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui