L'Allier Agricole 21 mars 2017 à 08h00 | Par M.Renaud

Vers un deuxième livre généalogique ?

Gènes diffusion a déposé une demande d’agrément au ministère de l’Agriculture en vue de la création d’un second Organisme de sélection (OS) dont la réponse est imminente. Une volonté qui ne réjouit guère Charolais France

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Et si Charolais France n’était plus le seul OS (Organisme de sélection) de la race blanche ? Ce scénario est possible, pour ne pas dire probable et n’a rien de contraire à une quelconque réglementation. Mieux, elle en est le fruit puisque le nouveau règlement zootechnique européen, entré en vigueur en juillet 2016 dont la mise en application est prévue pour novembre 2018, bouleverse la gestion des races bovines en France et impose une totale refonte du fonctionnement entre les différentes structures. En clair, ce nouveau règlement ouvre la possibilité de créer un nouvel OS dans une race.

« Gènes Diff » : « L’unité raciale se construit mais ne décrète pas »

C’est ce à quoi travaille depuis plusieurs mois Gènes Diffusion qui a présenté son agrément au ministère de l’Agriculture sous le nom de « Charolais + » et dont la réponse est très prochainement  « L’unité raciale se construit mais ne décrète pas », juge Michel Fouchet, responsable de la section charolaise à Gènes diffusion qui voit dans ce second OS, l’occasion de « promouvoir la race, gérer les anomalies et créer des passerelles entre les deux livres ». En somme : « Que chacun donne la pleine mesure à ses projets pour dynamiser la race charolaise et non l’affaiblir ».

Charolais France : « Cela revient à deux races charolaises »

Cette possible scission inquiète fortement les commandants de Charolais France qui y voient une menace pour la race : « Rappelons que l’OS est le parlement de la race dont les objectifs sont d’assurer une gouvernance unique et nationale par les éleveurs et les acteurs de la race, de négocier un projet racial pour tous les éleveurs et tous les partenaires et d’optimiser la gestion raciale pour éviter les fragmentations des populations », résume Florence Marquis, directrice du Herd-Book Charolais qui voit déjà le spectre d’un second OS se profiler : « Deux OS cela voudrait dire des infrastructures nécessaires à la gestion des livres généalogiques, une double indexation. Cela revient à deux races charolaises », poursuit Hugues Pichard, président de Charolais France.

Fin de l’OS unique ?

En 2016, tous les partenaires de l’OS Charolais France (*) ont signé une chartre rappelant leur attachement à un OS unique et s’engageant à « orienter la race en prenant en compte l’avis des éleveurs producteurs de viande et de génétique de la filière, représenté au sein de l’OS »  Tous, sauf Gènes Diffusion qui mène son projet en indiquant qu’il s’inscrit dans une logique de compétitivité « orientée marché » à des éleveurs dont les reproducteurs  et les produits « ont pour finalité la production de viande, présentant des carcasses adaptées aux besoins actuels de la filière et des consommateurs ».

Des éleveurs se questionnent

Les éleveurs justement, premiers concernés par cette possible nouvelle organisation. Sébastien Vincent, éleveur à Oudry (71) se demande par exemple s’il pourra continuer à utiliser à la fois des taureaux de « Gêne Diff » et du HBC, « pourrais-je continuer à travailler avec les deux ? », s’interroge t’il. Jean-François Quintard, éleveur en Haute-Vienne trouve cette situation « regrettable » jugeant que « ce n’est pas le moment de se désunir ».

(*) Herd Book charolais, France conseil élevage, France Bovins croissance, Charolais Univers, Coop de France pôle animal, La Coopération agricole, APCA, la Maison du charolais, B½uf de Charolles, Charolais expansion, Fédération nationale des stations d’évaluation de la race bovine charolaise.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,