L'Allier Agricole 26 mars 2014 à 08h00 | Par M.Renaud

Vers une maîtrise de la ressource

Face aux réglementations qui pèsent sur l’irrigation, l’optimisation de la ressource en eau est au centre des préoccupations des irrigants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Reussir V. Marmuse / CAIA

La réglementation impose la mesure des prélèvements d’eau par des compteurs d’eau. Elle impose également la tenue d’un registre de comptage.

Que mettre dans le registre ?


Tout prélèvement (irrigation, élevage, collectivités, entreprises…) dans le milieu naturel doit être muni « d’un dispositif efficace permettant de mesurer les volumes prélevés », il s’agit dans la plupart des cas d’un compteur.
Pour chaque point de prélèvement et donc pour chaque compteur, l’agriculteur doit enregistrer sur un registre spécial la localisation du pompage, l’origine de l’eau prélevée, le cas échéant la profondeur du forage, la date et le type d’installation initiale du compteur, les relevés mensuels de l’index du ou des compteurs, ainsi que les volumes mensuels prélevés, les incidents survenus (par exemple, arrêt de comptage : nature de l’incident, date de la constatation et de la réparation avec le relevé de l’index à ces deux dates), et lors d’une intervention sur le compteur la date et le relevé de l’index avant et après l’intervention.
Ce registre est tenu à disposition de l’agence de l’eau ou de tout organisme mandaté par cette dernière, mais également à disposition du service de la police de l’eau (Onema, DDT) ; il peut se présenter sous forme informatique. Les éléments relatifs aux index sont à conserver quatre ans.
Pour ceux qui n’auraient pas de registre spécifique, l’agence de l’eau Loire Bretagne en tient à disposition des irrigants (contacts : Mme Mesnil au 02 38 49 75 23 ou M. Coustham au 02 38 51 73 02).


Quand contrôler mon compteur ?


L’arrêté relatif à la mesure des prélèvements d’eau prévoit que l’exploitant doit procéder soit à la remise à neuf ou à l’état d’origine du dispositif de mesure, soit au diagnostic de fonctionnement du compteur tous les neuf ans. Pour les compteurs installés avant le 24 décembre 2011, le tableau ci-dessous précise les dates limites à respecter.

♦ Retrouvez l'intégralité de notre dossier Irrigation dans l'Allier Agricole n°952, daté du jeudi 27 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui