L'Allier Agricole 19 septembre 2021 a 07h00 | Par Christophe Ledoux

« Vivez de nouvelles expériences agricoles »

Bertrand Chareyron, responsable du pôle territoire et environnement à la Chambre d’agriculture de la Drôme, est le nouveau commissaire général de Tech&Bio. Le point sur la huitième édition de ce salon professionnel organisé du 21 au 23 septembre à Bourg-lès-Valence (Drôme).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
« J’invite les visiteurs à regarder attentivement le programme des démonstrations et conférences car chaque pôle bénéficie d’un programme riche », confie Bertrand Chareyron, responsable du pôle territoire et environnement à la chambre d’agriculture de la Drôme, et nouveau commissaire général du salon Tech&Bio.
« J’invite les visiteurs à regarder attentivement le programme des démonstrations et conférences car chaque pôle bénéficie d’un programme riche », confie Bertrand Chareyron, responsable du pôle territoire et environnement à la chambre d’agriculture de la Drôme, et nouveau commissaire général du salon Tech&Bio. - © ©L’Agriculture Drômoise

Tech&Bio ouvrira sa huitième édition dans quelques jours. Rappelez-nous l’origine de ce salon professionnel…

Bertrand Chareyron : « Avant la création de Tech&Bio, le réseau rhônalpin des Chambres d’agriculture organisait des journées régionales bio par filière. À l’époque, j’étais tête de réseau grandes cultures bio. Après la journée organisée chez un céréalier bio à Chabeuil en 2004, l’idée est venue, avec notre partenaire historique qu’est le département de la Drôme, de créer un rendez-vous multifilières. La première édition de Tech&Bio, organisée avec le réseau des chambres d’agriculture de France, s’est tenue en 2007 à Chantemerle-les-Blés, sur l’exploitation bio très diversifiée de Philippe Habrard. La seconde édition a eu lieu à Loriol en 2009. Et, à partir de 2011, les suivantes se sont installées au lycée agricole Le Valentin, à Bourg-lès-Valence. Au fil des éditions, l’évènement s’est amplifié, attirant toujours plus d’exposants, d’experts et, bien entendu, de visiteurs. »

Quels sont les profils de ces visiteurs ?

B. C : « Au départ, le salon attirait davantage d’agriculteurs bio. Mais, rapidement, un équilibre s’est fait entre agriculteurs bio et conventionnels. En 2019, sur les 20 000 visiteurs, on dénombrait autant de bio que de conventionnels. L’objectif fixé, consistant à faire de Tech&Bio un salon de transfert de techniques et pratiques des bios vers les conventionnels, tout en maintenant l’expertise technique pour les agriculteurs bio, a donc été atteint. »

En tant que nouveau commissaire général, vous devez gérer le contexte sanitaire lié à la Covid. Quelles seront les contraintes pour les visiteurs ?

B. C : « Les contraintes sanitaires ont complexifié l’organisation de cette huitième édition. Pour les visiteurs, une seule règle est à retenir : le pass sanitaire. Il s’imposera à tous. Les personnes non vaccinées ou sans test valide seront dirigées vers des pharmacies voisines partenaires qui réaliseront des tests antigéniques valides 72 heures. »

Comment vous articulez-vous avec l’exploitation bio du lycée ?

B. C : « Nous nous adaptons au parcellaire de l’exploitation du Valentin avec le souci de conserver l’autonomie alimentaire de son élevage. De ce fait, certaines cultures servant de support aux démonstrations sont implantées quelques semaines à quelques jours avant l’ouverture du salon. Ce qui compte, c’est d’implanter au bon moment afin que les cultures soient au bon stade le jour J et que les démonstrations se déroulent dans les meilleures conditions. »

Comment évolue la huitième édition de Tech&Bio ?

B. C : « Pour cette nouvelle édition, nous avons réorganisé le parcellaire en utilisant trois hectares de plus au pôle grandes cultures. Le pôle élevage bénéficie d’un éventail élargi d’espèces et de thèmes ainsi que des tout nouveaux bâtiments d’élevage de l’exploitation. Le pôle maraîchage, lui, voit sa surface doubler afin d’accueillir plus de matériels et d’exposants. Et un espace présentera différents films utilisables sur tunnels de cultures. Le pôle PPAM s’élargit avec une dizaine d’espèces servant de supports aux démonstrations. Autre nouveauté, un pôle télédétection réunit des appli-cations possibles en agriculture. J’invite les visiteurs à regarder attentivement le programme des démonstrations et conférences disponible sur le site internet du salon car chaque pôle (viti, arbo, grandes cultures, maraîchage, élevage, fourrages, PPAM, semences, biodiversité, forêt, traction animale, couverts végétaux, fertilité des sols, eau, énergie…) bénéficie d’un programme dense. En venant à Tech&Bio, chaque visiteur pourra vivre de nouvelles expériences agricoles ! »

Et sur le village des exposants ?

B. C : « Avec presque deux-cents tentes, le village des exposants s’étoffe encore. L’une des nouveautés sera le "village du biocontrôle". De son côté, l’espace des transformateurs, en partenariat avec le Cluster bio d’Auvergne-Rhône-Alpes, mettra en relation l’amont (agriculteurs en recherche de débouchés) et l’aval (transformateurs et distributeurs en recherche d’approvisionnements). Les temps forts qui remportent l’adhésion des visiteurs à chaque édition (concours des Technovations, Jobdating, Talents Tech&Bio, Osez la bio…) seront bien entendu de la partie! ».

Propos recueillis par Christophe Ledoux

Les temps forts du salon

Les Talents Tech&Bio

En partenariat avec la CNR, quatorze agriculteurs/trices bio de toute la France et de toutes les filières, exemplaires pour leurs résultats économiques, sociaux et environ-nementaux, sont mis à l’honneur.

Le concours des Technovations

En partenariat avec la Banque Populaire Sud Rhône-Alpes, Tech&Bio organise à nouveau le concours de la meilleure innovation présentée par les exposants du salon dans deux catégories: intrants/services et ma¬chinisme.

Le Village du biocontrôle

En partenariat avec IBMA, le Village du biocontrôle regroupera une vingtaine d’acteurs majeurs de ce secteur en plein développement qu’est le biocontrôle. Les visiteurs pourront ainsi trouver réponse à toutes leurs questions.

L’Espace des transformateurs

En partenariat avec le Cluster bio Auvergne-Rhône-Alpes, cet espace se veut un véritable carrefour de rencontres entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs, en recherche de débouchés ou de sourcing.

Osez la bio

Vous souhaitez convertir votre exploitation à l’agriculture bio ? Vous êtes agriculteur en bio et vous souhaitez mieux piloter votre exploitation, améliorer vos résultats économiques ? Vous souhaitez vous installer en bio ou transmettre votre exploitation ? Vous êtes intéressés par les pratiques alternatives ? Sur le stand Osez la bio, vous pourrez découvrir les différents accompagnements et services proposés par votre chambre d’agriculture. Chaque jour, une conférence est également au programme (voir en page « programme des conférences »).

Le Job dating

En partenariat avec le Crédit Mutuel et l’Apecita, l’espace Job dating du salon permet aux personnes re¬herchant un emploi dans le milieu agricole de découvrir des offres concrètes à pourvoir. Pour les employeurs, c’est l’opportunité de rencontrer des salariés potentiels libres et qualifiés.

Le marché de producteurs

Avec l’appui du réseau Bienvenue à la Ferme, un marché de producteurs bio et locaux avec de nombreuses dégustations sera proposé aux visiteurs.

La Journée des collectivités

Tech&Bio propose le 21 septembre, aux élus et agents de collectivités, une table ronde dédiée à l’appui que les collectivités peuvent apporter au développement des filières bio. Un parcours thématique au sein du salon sera proposé à ces acteurs institutionnels, leur permettant de rencontrer divers partenaires prêts à partager leurs expériences.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,