L'Allier Agricole 21 mai 2014 à 08h00 | Par M.Renaud

Zones intermédiaires : l'action concertée se poursuit

Les membres de la Chambre d'agriculture de l'Allier se sont réunis en bureau, vendredi dernier, à Moulins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Jean-Marie Chédru, vice-président de la Chambre d’agriculture, Patrice Bonnin, président, Anne Ramillon, directrice, Yannick Martinet, vice-président.
De gauche à droite : Jean-Marie Chédru, vice-président de la Chambre d’agriculture, Patrice Bonnin, président, Anne Ramillon, directrice, Yannick Martinet, vice-président. - © CA03

2015 se rapprochant, les modalités concernant la mise en oeuvre de la réforme de la PAC se précisent jour après jour. Aussi, l'organisme consulaire n'a pas manqué de faire un point sur le sujet au cours de son bureau de mai.

Rencontre avec le ministère de l'Agriculture

L'occasion de revenir sur l'entrevue accordée, par le ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, à l'Allier, le 30 avril dernier. Patrice Bonnin, président de la Chambre d'agriculture, Yannick Martinet, vice-président et Emmanuel Ferrand, président de la FNSEA03 ont été reçus par deux conseillers du ministre de l'Agriculture, en présence d'Armand Sanséau, directeur de la DDT03. Au cours de cet entretien (voir édition n°958 de L'Allier Agricole) - qui fait suite aux diverses interrogations et inquiétudes adressées au ministère en début d'année sur le sort de l'élevage allaitant dans le département et plus largement dans les zones intermédiaires - la future aide à la vache allaitante, l'ICHN et le futur zonage des zones défavorisées simples, les MAEC et la régionalisation ont ainsi été abordés. Ce qu'il faut en retenir, est le maintien du montant de 200 EUR pour les 40 premières vaches et l'engagement du ministère sur un montant minimum de 100 EUR au-delà de la 41e vache ; selon ses simulations, l'enveloppe départementale actuelle allouée à la vache allaitante serait alors maintenue. Pour le reste, pas de réponses concrètes, les discussions sont toujours en cours. Pour Patrice Bonnin, cette réunion a eu comme « un goût d'inachevé. Nous sommes repartis avec plus d'interrogations. »

Groupe de travail « zones intermédiaires »

La marge de manoeuvre pour faire évoluer les modalités d'application de la future aide à la vache allaitante étant relativement faible, les différents départements de la zone allaitante concernés par cette aide couplée ont souhaité de nouveau mener une action concertée. À l'instar de celle conduite début 2014 auprès du ministère. Mais cette fois-ci sur l'avenir des zones intermédiaires, et notamment sur la redéfinition des zones défavorisées simples pour l'ICHN à l'horizon 2018.
Au vu des prochaines échéances que sont la révision à mi-parcours de la PAC et la prochaine réforme 2020, « l'expérience de la réforme actuelle montre qu'il pourrait être utile de s'unir et de travailler entre départements ayant les mêmes caractéristiques agricoles pour recueillir et partager les informations, faire remonter aux décideurs et/ou au sein de nos propres organisations, des propositions communes, des arguments », a expliqué Patrice Bonnin. Ce sont ainsi les départements de la Haute-Vienne, la Creuse, l'Indre, le Cher, la Nièvre, la Loire, la Saône-et-Loire et l'Allier qui se sont réunis le 12 mai dernier à Montmarault. Objectifs : envisager les tenants et les aboutissants de la mise en place d'un tel groupe, et son organisation. Car la principale difficulté sera de prendre en compte les problématiques de tous ces départements aux appartenances administratives régionales différentes et aux productions diverses.

♦ Retrouvez l'intégralité de cete article dans l'Allier Agricole n°960, daté du jeudi 22 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Allier Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

« Nous n’avons pas l’intention, ni les moyens d’ailleurs, de casser les filières. Ce que nous voulons, c’est revoir les cahiers des charges pour que les éleveurs soient intégrés à la négociation »

Geoffrey Rivaux, président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier

Le chiffre de la semaine
297
producteurs recensés "Bio" dont 39 conversions en 2015 : 14 ateliers bovins viande, 13 ateliers grandes cultures, quatre ateliers légumes, deux ateliers Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), deux ateliers ovins, un atelier fruit et un atelier bovins lait.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui